AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 what about your mom ? william.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Lisa B. Cole
    I'm your queen; in my world.



Nombre de messages : 878
Votre Avatar . : Emma Watson •
Date d'inscription : 01/01/2009

{Me; Myself & I.
Popularité:
36/100  (36/100)
"University; Who are you?_;: *You Gonna Far Kid' member
"Caractère; Points forts & faibles_;:

MessageSujet: what about your mom ? william.   Ven 2 Jan - 16:36



    Le soleil terminait lentement sa course vers l'horizon, et Lisa venait de finir les cours. En fait, non ; elle avait tout bonnement décidé de sécher la dernière heure. Littérature ; ils étudiaient un poète français, Rimbaud. Bien que l'histoire de ce jeune homme intéressait Lisa au plus haut point -elle adorait les destins tragiques, et Arthur en était un parfait exemple-, elle était plus qu'ennuyée par l'étude de poèmes qu'elle ne trouvait pas particulièrement beaux. Pas que ses oeuvres complètes soient nulles, loin de là, mais elle n'en comptait que deux qui se démarquaient du lot. Quoiqu'il en soit, elle avait séché, et ça lui donnait plus de temps pour se rendre en ville. Elle avait rendez-vous. Comme toujours, quelqu'un à retrouver, quelqu'un avec qui faire la fête ? Elle était populaire et appréciée, bien que peu puissent se vanter de la connaître réellement. Son passé, par exemple ; elle n'en parlait jamais, à personne. Les seules personnes à qui elle avait sous-entendu qu'elle avait été difficile avaient préféré laisser couler plutôt que de demander des explications. Enfin, la personne qu'elle allait retrouver ne faisait pas partie de son "cercle d'amis".

    William Davis était, pour les élèves du campus, un professeur comme les autres, avec ses devoirs monstrueux et ses cours magistraux ; pas pour Lisa. Pour Lisa, il était beaucoup plus que ça. Lorsqu'elle était entrée à Chapel Hill, elle n'aurait jamais pensé le rencontrer. Tout avait commencé par un jour glacial, alors qu'elle n'avait que quatorze ans. Il avait été d'un grand secours pour elle et pour Kaitleen, sa mère. Si elle avait pu choisir ses parents, elle n'aurait pas changé le côté maternel mais aurait sûrement pris William comme père au lieu de Ralph, cette idiot empoté. Bref, quoiqu'il en soit et malgré les rumeurs stupides qui courraient sur le fait que Lisa serait une conquête du professeur, rumeur qui n'était en général jamais crue lorsqu'on connaissait la jeune fille, elle aimait passer du temps avec lui. Il était le seul à qui elle pouvait se confier librement, lui parler de son frère & de sa soeur, de sa mère qui lui manquait, sans avoir peur d'être jugée sévèrement et arbitrairement.

    The Slowlight était loin d'être bondé en cette fin d'après-midi. Les étudiants commenceraient à arrivers vers dix-neuf heures, mais elle ne se plaignait pas de ce calme provisoire. Un regard alentours lui indiqua que William n'était pas encore arrivé ; elle ne s'inquiétait pas, il viendrait. Il n'avait loupé qu'un seul rendez-vous en trois ans, et c'était pour s'occuper de sa fille ; pardonnable, en somme. Elle s'assit rapidement à une table et commanda une bière. Le barman la salua de loin, reluquant bien malgré lui les longues jambes de la jeune fille à peine cachés par sa mini-jupe en jean et des bottes à talons. Elle portait aussi un léger pull en cachemire et une grosse écharpe tricotée qu'elle avait entassé sur la chaise à côté d'elle. Ses cheveux blonds tombaient sur ses épaules, légèrement ondulés, et elle ne s'était maquillée que discrètement. Beauté naturelle ; depuis combien de temps ce barman voulait la faire passer sous le bar ? Un moment ; elle venait tout le temps ici avant une soirée, histoire de se mettre dans l'ambiance.

    Elle avala une gorgée de sa boisson et regarda sa montre ; elle était en avance. Elle sortit son portable et se connecta à internet ; alors, quelles étaient les nouvelles du côté de Chapel Hill ? Qu'avait-elle loupé ces derniers temps ?



Dernière édition par Lisa B. Cole le Ven 23 Jan - 19:21, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
William Davis
Charming Man, Charming Teacher


Nombre de messages : 69
"Citation" : "Ce n'est pas parce qu'une erreur est partagée par le plus grand nombre qu"elle devient une vérité"
Votre Avatar . : Patrick Dempsey
Date d'inscription : 01/01/2009

{Me; Myself & I.
Popularité:
0/100  (0/100)
"University; Who are you?_;: *History' teacher
"Caractère; Points forts & faibles_;:

MessageSujet: Re: what about your mom ? william.   Sam 3 Jan - 16:53

    Une journée comme une autre se déroulait en cette fin d'après-midi. Les fesses posées sur son bureau, il faisait son cours, face à exactement 300 élèves. Les amphithéâtres l'avaient énormément intimidé les premières fois qu'il y mettait les pieds en tant que professeurs. Mais avec des années d'expérience, il s'y faisait. Désormais, il pouvait parler devant des centaines d'élèves intéressés, sans avoir mal au ventre, ou bien les joues qui rougissent toutes les cinq minutes. Les étudiants étaient particulièrement respectueux. Comme chaque années d'ailleurs, mais souvent, il y avait un ou deux élèves qui ne se gênaient pas pour quitter le cours en plein milieu de l'heure. Quand c'était le cas, il laissait faire, de toute façon, ils en avaient le droit. Après tout, ils étaient adultes, et pouvaient sécher à leur guise les heures de cours. Qui iraient s'en rendre compte sur trois-cents élèves? Mais cette année, personne ne lui avait encore fait le coup. Là, il avait les troisième années. Et tout le monde sait que ces derniers sont très sérieux, qu'ils ne sont pas là pour s'amuser, comme les première années. La sonnerie chanta la fin des cours, du moins, la fin de sa journée à lui. Pour certains, il leur restait encore une heure. Répondant aux questions d'une élève à la fin, il prit un peu de retard.

    Lorsqu'il quitta l'université, il devait être environs 16h30. William avait rendez-vous avec elle, celle avait qui il était particulièrement proche. Elle, c'était Lisa, Lisa Cole. Une étudiante qu'il avait retrouvé par hasard dans cette université il y a seulement quelques années. Il l'avait rencontré lorsqu'elle n'était encore qu'une petite adolescente. Lui, était le meilleur ami de sa mère. Lorsqu'elle était malade, il emmenait tout les enfants Cole au cinéma, au bowling, manger une glace, juste pour les faire sortir de ce quotidien trop morose. Mais il s'était particulièrement attaché à Lisa, bien qu'il aimait tout autant Jackson et la petite dernière. Mais, avec elle, il partageait bien plus de chose. Ils avaient eu un vrai petit coup de foudre. Et désormais, il se proclamait "Tonton William", car il avait été comme un frère pour Kaitleen.

    Enfin il fit son apparition au Slowlight, vêtu de façon classe, d'une chemise blanche, d'un pantalon de costume noir, et d'une cravate de la même couleur. Il n'avait pas à aller cherche sa fille à l'école, car ses grands parents maternels s'en chargeaient aujourd'hui. On se passera de commentaire, cela ne lui faisait pas spécialement plaisir. Il embrassa la pièce du regard, cherchant Lisa. Il ne lui fallu que quelques secondes pour la trouver là, assise à une table, son téléphone portable dans les mains, visiblement concentrée. Il s'approcha d'elle, un fin sourire dessiné sur son visage, alors qu'il venait déposa un baiser sur sa joue et prit place à côté d'elle.

    -Alors, comment ça va aujourd'hui?

    Une nouvelle serveuse arriva vers lui et lui demanda de qu'il voulait commander. Il demanda une simple bière en souriant, puis reposa ses yeux bleus azurs sur Lisa, avant de lui demander.

    -Mh... quand j'y pense, tu finis pas aujourd'hui à 17h00? Enfin, comme d'habitude.

    Une expression peu convaincue s'afficha sur son visage, alors qu'il plissait sévèrement les yeux. Venait-elle de sécher un cours? Il avait beau ne pas être son père, il n'appréciait pas vraiment qu'elle loupe inutilement des heures comme cela, juste pour passer du temps avec lui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lisa B. Cole
    I'm your queen; in my world.



Nombre de messages : 878
Votre Avatar . : Emma Watson •
Date d'inscription : 01/01/2009

{Me; Myself & I.
Popularité:
36/100  (36/100)
"University; Who are you?_;: *You Gonna Far Kid' member
"Caractère; Points forts & faibles_;:

MessageSujet: Re: what about your mom ? william.   Sam 3 Jan - 17:18

    Alors qu'elle était particulièrement concentrée sur les dernières nouvelles tout en discutant avec Rachel via sms qui, elle, était en cours, elle fut interrompue par un léger baiser sur sa joue ; elle releva les yeux, croisa le regard de William et sourit sincèrement ; finalement, il n'était pas si en retard que ça.

      -Alors, comment ça va aujourd'hui ?


    La jeune fille but une gorgée de sa bière ; la dernière, et indiqua au serveur de lui en servir une autre d'un geste de la main. Elle avait la gorgée facile et, avec elle, les boissons disparaissaient rapidement. Heureusement, elle tenait bien l'alcool ; ce qui ne l'empêchait pas d'être parfois complètement morte.

      - Ca va. Tu as le bonjour de Jackson ; il m'a envoyé un message pour me demander si je survivais. & toi ?


    Lisa admirait réellement William. Déjà parce qu'il était professeur ; fallait-il être suicidaire ? Déjà qu'elle avait du mal à supporter la vue des amphis' et des professeurs, alors si en plus elle devait y retourner après ses études .. l'horreur à l'état pur. & ensuite, il semblait toujours aller bien. Il était de ceux qui avaient connu un bouleversement, un changement dans sa vie, & pas dans le bon sens. Et pourtant, même si il se sentait mal, il ne le montrait jamais ; du moins, pas devant Lisa. Elle admirait cette confiance en soi, cette maîtrise dont il faisait preuve lorsqu'ils étaient ensemble.

      -Mh... quand j'y pense, tu finis pas aujourd'hui à 17h00? Enfin, comme d'habitude.


    Grillée. Lisa baissa légèrement les yeux, but encore une gorgée de bière ; décidément, elle commençait bien la soirée. Elle avait deviné dès le début qu'elle devrait s'expliquer, et savait pertinemment qu'il n'aimait pas lorsqu'elle séchait les cours, encore moins pour venir le retrouver. Elle croisa ses doigts devant elle, prenant un air très sérieux comme pour faire oublier ses fautes.

      - J'avais sciences ; je n'aime pas vraiment la prof', elle est .. je sais pas, j'y arrive pas. Et c'est loin d'être ma matière principale, alors c'est pas vraiment important, n'est-ce pas ? Je te promets que mes notes ne s'en ressentiront pas !


    Effectivement ; elles étaient déjà au plus bas, ça ne pouvait pas être pire de toute façon. Et, en réalité, elle détestait vraiment Mme. Sheppard. Ca avait commencé lorsqu'elle l'avait aperçue avec William, à cet endroit même. Elle n'aimait pas qu'on tourne autour de son William. Certes, c'était idiot ; elle n'éprouvait rien de répréhensible pour le professeur, il était comme un père pour elle mais .. elle avait peur qu'elle lui fasse du mal. Oui, il était adulte, conscient, et elle ignorait même si il ressentait quelque chose pour la professeur. Un instinct protecteur qu'elle ne pouvait s'empêcher d'avoir.

      - Comment va ta fille ?


    Vas-y, chérie, change de conversation. Elle savait pertinemment que, si William apprenait le pourquoi du comment concernant sa prof' de sciences, elle s'en prendrait plein la face ; elle n'était même pas sa vraie fille, pour qui se prenait-elle ?

    (HJ; Désolée, c'est pas super XD)


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
William Davis
Charming Man, Charming Teacher


Nombre de messages : 69
"Citation" : "Ce n'est pas parce qu'une erreur est partagée par le plus grand nombre qu"elle devient une vérité"
Votre Avatar . : Patrick Dempsey
Date d'inscription : 01/01/2009

{Me; Myself & I.
Popularité:
0/100  (0/100)
"University; Who are you?_;: *History' teacher
"Caractère; Points forts & faibles_;:

MessageSujet: Re: what about your mom ? william.   Sam 3 Jan - 19:48

    Le père de Lisa ne savait même pas que cette dernière avait retrouvé dans son université William Davis. Et mieux valait qu'il ne soit au courant de rien. En effet, il avait une dent contre notre Franco-Irlandais. Il semblait penser qu'il voulait lui voler ses enfants, chose complètement idiote. Mais soyons réaliste, les enfants Cole et Davis avaient passé beaucoup de temps ensemble, ils avaient tissé des liens forts. Comment William pouvait les laisser partir sans une seule pointe de regret? Pourtant, il y avait été contraint après quelques menaces. Comment pouvait-il lutter contre la loi? Il n'avait qu'une envie, revoir Jackson et Candy, qui eux, apparemment, étaient au courant que leur soeur l'avait retrouvé. Quand William avait revu Lisa, ça avait été un moment remplit d'émotion. Depuis, ils rattrapaient ensemble le temps perdu, elle se confiait à lui, elle venait souvent dormir le Week End dans son appartement. Ainsi elle passait surtout le Dimanche avec lui, et elle pouvait voir par la même occasion la petite Jade qui voyait en elle comme son modèle, une grande soeur. Cependant, William n'espérait qu'une chose, c'est qu'elle ne s'écarte pas autant du bon chemin.

    -Tu lui rendras ce bonjour alors. J'espère que ton père n'est toujours pas au courant qu'on s'est retrouvé. Je compte sur toi pour ne rien dire.

    En effet, William ne voulait pas que leur père porte plainte comme il avait été sur le point de le faire au décès de leur mère. Soit. Il observait sévèrement Lisa, qui venait de lui avouer qu'elle avait séché le cours de sciences, et qui plus est, détestait le professeur. Le professeur n'était autre que Alice Sheppard, la jeune femme qui, étrangement, lui plaisait beaucoup. Notre Franco-Irlandais fronça les sourcils, montrant son interrogation. Pourquoi la détestait-elle? Elle était pourtant d'une très agréable compagnie. Il n'y avait aucune raison de la haïr. Puis le fait qu'elle lui précise que ses notes se faibliront pas, il resta sceptique. Devait-il lui rappeler que ses notes de toutes façons, ne pouvaient pas vraiment descendre plus bas? Il semblait énervé, mais également déçu. Il se contenta de la fixer, plutôt abasourdi, tandis qu'elle tentait de changer de sujet.

    La serveuse vint déposer la bière juste en face de lui, il la remercia d'un signe de tête et ignora la question de Lisa. Claquant ses doigts à un rythme rapide sur la table, il semblait pensif, en plein réflexion. Et cela durant de longues secondes, certainement interminable pour la jeune femme. Puis il releva la tête, sourcils toujours froncés :

    -Écoute Lisa, je sais que je suis pas ton père et c'est très certainement déplacé si je te dispute. En plus t'es adulte, non? Alors tu pourrais me faire plaisir? Arrêter d'aller à des centaines de fêtes inutiles et je sais pas moi, peut être consacrer juste un petit samedi soir à tes études. L'université est très sélective. Et avec les notes que tu as en ce moment, je suis sérieusement pas sûr que tu seras encore là l'année prochaine.

    Juste l'idée qu'elle ne soit pu acceptée et de la voir partir une deuxième fois, le mettait sérieusement mal à l'aise. Il était bien trop attaché à elle pour la laisser partir encore. C'est pour cela qu'il n'envisageait même pas cette solution. Il poursuivit donc, assez sèchement pour montrer son autorité.

    -Et puis, tu pourrais commencer par arrêter de sécher les cours qui te semblent inutiles, juste sous prétexte que tu n'aimes pas le professeur. D'ailleurs, qu'est-ce qu'elle t'a fait Sheppard?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lisa B. Cole
    I'm your queen; in my world.



Nombre de messages : 878
Votre Avatar . : Emma Watson •
Date d'inscription : 01/01/2009

{Me; Myself & I.
Popularité:
36/100  (36/100)
"University; Who are you?_;: *You Gonna Far Kid' member
"Caractère; Points forts & faibles_;:

MessageSujet: Re: what about your mom ? william.   Sam 3 Jan - 21:25

    La jeune fille sourit à William ; le dire à son père ? Jamais, jamais de la vie. Elle se souvenait encore du moment où Ralph avait intimé à elle, Jackson et Candy de ne plus jamais approcher William ; l'un des pires moments de sa vie après la mort de sa mère. Ralph la lui avait déjà pris, & il comptait maintenant lui retirer aussi son nouveau père ? Elle avait cependant dû obéir, du haut de ses quinze ans, au courroux de Mr Cole. Les premiers temps, elle imaginait ce qu'aurait pu être sa vie sans lui, juste avec William, sa mère, son frère & sa soeur. Sûrement meilleure que celle qu'elle avait eu.

      - Ne t'en fais pas, je ne lui dirais jamais rien ; en fait, ça fait un moment que je ne lui ai pas reparlé. Je suis majeure, Jackson pense à partir et je pense que, quand ça sera le cas & qu'il emmènera Candy avec lui, on pourra enfin tous tourner la page.


    Oui, c'était tout ce qu'elle souhaitait. A vrai dire, elle se sentait déjà heureuse rien que d'y penser. Soudain, l'expression faciale de William changea et elle fit presque peur à Lisa. Pourquoi il restait silencieux, comme ça ? Et voila qu'il se mettait à taper sur la table ; ça s'annonçait mal .. très mal.

    Mais, étrangement, plus il déblatérait ses paroles, plus elle se sentait bien ; elle se doutait bien que ce n'était pas l'effet escompté par William, mais le bien-être ne pouvait l'empêcher de l'envahir. Et il lui parlait du fait qu'elle ne serait pas là l'année prochaine si elle continuait à sécher et ne pas travailler. Il semblait s'énerver un peu plus à chaque parole. Mais ce n'était pas l'énervement que Lisa percevait, non, c'était la foi qu'il avait en elle. Il s'inquiétait vraiment. Il tenait vraiment à elle, il voulait vraiment qu'elle ai une vie descente. Elle resta bouche-bée un instant, avant de sourire, de rougir et de lancer un regard à la fois gêné et heureux au professeur.

      - J'aime quand .. tu parles comme ça. C'est comme si t'étais vraiment de ma famille ; et, tu dis que tu n'es pas mon père mais .. pour moi, c'est tout comme. Je trouve pas ça déplacé, au contraire, je trouve ça tellement vrai ! Je veux dire .. enfin, tu vois ..


    Elle baissa les yeux quelques instants, n'osant même plus toucher sa bière ; elle était comme une enfant prise en faute. Et puis, au bout d'un moment, elle reprit une contenance et redevint la jeune femme sûre d'elle et têtue, bien que beaucoup plus joviale qu'auparavant.

      - Ces fêtes ne sont pas inutiles, au contraire ; alors je te propose un deal. Tu veux que je bosses ? Je le ferais ; un samedi sur deux, et deux soirs par semaine, je plancherais sur les cours. Mais à une seule condition ..


    Ignorant volontairement l'allusion au professeur Sheppard comme elle l'avait déjà fait, elle se pencha en avant et prononça quelques mots sur le ton de la confidence.

      - Viens faire la fête avec moi. Juste une fois, et je te promets que tu changeras d'avis sur ça. Ca marche ?


    Elle affichait maintenant un sourire triomphant ; évidemment qu'il voulait qu'elle travaille et qu'elle obtienne son diplôme. Il ne dirait certainement pas non.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
William Davis
Charming Man, Charming Teacher


Nombre de messages : 69
"Citation" : "Ce n'est pas parce qu'une erreur est partagée par le plus grand nombre qu"elle devient une vérité"
Votre Avatar . : Patrick Dempsey
Date d'inscription : 01/01/2009

{Me; Myself & I.
Popularité:
0/100  (0/100)
"University; Who are you?_;: *History' teacher
"Caractère; Points forts & faibles_;:

MessageSujet: Re: what about your mom ? william.   Ven 9 Jan - 22:35

    Après ce semblant d'autorité, William parut surpris de voir Lisa se sentir mieux, de sourire même. Non, ce n'était pas la réaction qu'il attendait de sa part. Il voulait la raisonner, lui faire comprendre ce qu'il attendait d'elle, peut-être était-il égoïste, mais il l'assumait pleinement. Il la voulait à ses côtés, pouvoir la voir sourire tout les jours. Ils n'avaient pas le lien du sang, mais notre Franco-Irlandais ressentait tout comme s'il fut son père. Il était souvent le premier à savoir si elle allait bien ou non. Si elle était triste, inévitablement, il l'était. Voir son sourire était l'un des plus beaux cadeaux qu'elle pouvait lui faire. Il avait besoin qu'elle soit à proximité, pour qu'il puisse la protéger si le besoin se présentait. Elle était comme sa propre fille, il aurait donné sa vie pour elle.

    Lorsqu'elle baissa les yeux, il esquissa un fin sourire. Ce qu'elle venait de lui dire venait de le toucher en plein coeur. Elle le prenait vraiment pour son père? C'était une des meilleures choses qu'il pouvait entendre de sa bouche. Glissant sa main chaude sur celle de Lisa, il la lui serra légèrement, dans une douceur infinie. Et comme il avait l'habitude de faire, il la porta à ses lèvres pour déposer un baiser sur ses doigts fins. Puis il chuchota, avec conviction et sincérité :

    -Je veux continuer à te dire bonne nuit le soir, à faire ton petit déjeuner préféré le matin. Je veux continuer à te prendre dans mes bras quand tu es triste. J'en ai besoin. Sincèrement Lisa..., son coeur battait plus rapidement. Il l'observait de ses yeux suppliant, j'ai besoin de toi. Tu fais parti de ma vie, et je ne veux pas que tout ça se termine juste à cause d'un manque de travail.

    Le silence s'installa. William avait les yeux posés sur sa bière, lui non plus ne voulait pas y toucher. Comme d'habitude, il se sentait idiot de dévoiler ainsi ses sentiments. Cependant, il releva la tête en entendant Lisa reprendre la parole. "A une seule condition", cette phrase résonnait dans sa boîte crânienne, alors qu'il lâchait sa main et s'enfonçait dans sa chaise, visiblement sur la défensive, sourcils froncés. Mais il resta silencieux en attendant qu'elle poursuive. Son front se plissa d'ailleurs en écoutant la suite. Et puis quoi encore?

    -Tu me fais du chantage là?

    Il semblait sceptique. Sincèrement, il ne se voyait pas faire la fête au milieu de tout ses élèves. Et d'ailleurs, ça ne se passera jamais. Si elle voulait jouer la carte du chantage, il pouvait faire de même, et était sûr de finir triompher comme à chaque fois.

    -Hum... écoute plutôt ce que je te propose moi. Tu bosses convenablement tout les soirs, sauf le Week End, ou bien tu auras des mauvaises notes, et inévitablement, tu seras virée de l'université. Ton père t'obligera à aller autre part. Malheureusement, moi, je ne bougerais pas d'ici, je ne peux décemment pas balader Jade comme un vulgaire bagage. Donc, soit tu modères ces fêtes qui, je te le rappelle, sont inutiles, ou bien, tu continues à profiter de ta liberté avec en tête que tu finiras par perdre celui que tu considères comme ton père, et celle que tu considères comme ta petite soeur. Mais le pire dans cette histoire, c'est que ce n'est pas moi qui ait choisit le déroulement. Donc, à toi de choisir : travail et famille, ou bien fêtes et solitude. J'espère que tu feras le bon choix.

    Il ne souriait pas, mais semblait fier de lui. Sans la quitter des yeux, il prit la petite bouteille de bière entre ses doigts et en but deux gorgées.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lisa B. Cole
    I'm your queen; in my world.



Nombre de messages : 878
Votre Avatar . : Emma Watson •
Date d'inscription : 01/01/2009

{Me; Myself & I.
Popularité:
36/100  (36/100)
"University; Who are you?_;: *You Gonna Far Kid' member
"Caractère; Points forts & faibles_;:

MessageSujet: Re: what about your mom ? william.   Sam 10 Jan - 1:58

    Lisa fut carrément bouche-bée de la déclaration de William. Bien qu'ils en rigolent souvent tous les deux, ils n'avaient jamais eu de conversation sérieuse à propos du lien père/fille qu'ils entretenaient. Du coup, la jeune fille n'avait jamais été sûre des sentiments qui les liaient, et s'imaginait parfois qu'il n'en avait rien à faire d'elle, qu'elle était juste une adolescente qu'il avait prise sous son aile parce qu'il avait eu pitié & qu'il relâcherait dès qu'elle irait mieux. Elle allait mieux, oui, beaucoup mieux qu'à la mort de sa mère, mais il ne l'avait pas abandonné ; et elle avait maintenant la certitude qu'elle ne l'abandonnerait jamais. Elle frissonna lorsque sa bouche atteint sa main, heureuse de se sentir enfin chez elle.

      - Toi & moi, ça ne se terminera jamais. Jamais, t'entends ? Je permettrais jamais ça.


    Si quelqu'un entendait la conversation de l'extérieur, jamais il ne penserait qu'un lien familial unissait William et l'étudiante. Les paroles prononcées par le jeune père étaient tout à fait appropriées lorsque l'on connaissait le contexte, mais pas lorsqu'on débarquait. Cependant, pour la première fois, Lisa n'en avait rien à faire qu'on l'écoute, qu'on modifie & qu'on interprète les conversations qu'elle pouvait avoir avec les autres. Elle ne se souciait plus pour l'instant des rumeurs qui courraient toujours sur le fait qu'elle couchait avec William ou Joshua, puisque maintenant elle savait enfin qu'elle avait un port auquel s'amarrer si son bateau prenait l'eau. Peut-être étais-ce simplement l'euphorie de moment, le coeur gonflé de savoir qu'enfin quelqu'un comptait sur elle & tenait à elle. Mais elle n'avait pas envie d'y réfléchir maintenant.

    La seconde remarque de son professeur la renfonça ; elle but une gorgée de bière qu'elle sentit couler le long de son oesophage et s'empressa de croiser les bras sur sa poitrine, le visage boudeur comme une enfant dont la blague aurait capoté, ou la bêtise découverte.

      - Han mais t'es pas drôle ..


    Elle avait pris une voix d'enfant pour pimenter ses paroles, et elle garda un regard triste durant quelques secondes, avant de redevenir aussi naturelle qu'auparavant ; elle était tellement changeante, parfois, qu'il était difficile de la suivre. Elle prit de nouveau la bouteille dans sa main et la dirigea vers sa bouche, non sans prononcer une dernière chose.

      - Tu me connais trop ; évidemment que je choisis la famille. J'en ai déjà perdue une, il est hors de question que je perde la seconde.


    Elle lui adressa un léger sourire avant de réfléchir ; tous les soirs de la semaine, elle ne tiendrait jamais. Elle pourrait peut-être se faire un planning pour ne pas louper toutes les fêtes intéressantes du campus, & demander à quelqu'un de brillant qui participait à ses cours de l'aider. Oh, & elle écouterait les cours. Ses mauvaises notes étaient plutôt dues à une grosse flemmardise, en fait.

      - Va pour le travail en semaine ; mais pas tous les soirs. Enfin, je ferais de mon mieux. Je suis jeune, William, j'ai besoin de m'éclater, de sortir avec mes amis, & avoir un seul week-end pour faire tout ce que je faisais avant, c'est trop peu. Mais je te promets de remonter mes notes. Prooooooooomis !


    Elle afficha un léger sourire satisfait avant de lancer son petit doigt dans sa direction ; une stupide tradition qu'elle avait avec sa mère et qui s'était transmise avec William. Lorsqu'ils entrelaçaient leurs petits doigts, cela promettait une promesse qui ferait tout pour être tenue. & pour une fois, elle semblait assez confiante.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
William Davis
Charming Man, Charming Teacher


Nombre de messages : 69
"Citation" : "Ce n'est pas parce qu'une erreur est partagée par le plus grand nombre qu"elle devient une vérité"
Votre Avatar . : Patrick Dempsey
Date d'inscription : 01/01/2009

{Me; Myself & I.
Popularité:
0/100  (0/100)
"University; Who are you?_;: *History' teacher
"Caractère; Points forts & faibles_;:

MessageSujet: Re: what about your mom ? william.   Dim 11 Jan - 15:16

    William n'était pas le genre d'hommes qui hausse très souvent la voix, mais il le faisait lorsque cela devenait une nécessité. Même durant ses cours, il ne rappelait pas souvent les étudiants à l'ordre. En effet, ces derniers l'écoutaient, et pour ceux qui n'en avait rien à faire, ils se contentaient de rester sagement assis sur leur chaise, en attendant la fin de l'heure, pour ne pas déranger les autres. De cette façon, le professeur Davis n'avait pas besoin de montrer qu'il avait de l'autorité, souvent, un simple regard suffisait. Tout le monde avait comprit qu'il avait beau être jeune et mettre une pointe d'humour dans ses cours, cela ne voulait pas dire que tout était permis. Bien sûr, il passait au-dessus de quelques remarques amusantes de la part de ses étudiants, mais ces derniers connaissaient les limites à ne pas franchir. Voila comment, sans vraiment comprendre, il était un des enseignants les plus respectés de l'université de Chapel Hill.

    Pourtant, lorsqu'il s'agissait de jouer le père de famille strict et sévère, là, il n'y arrivait pas. Et pour cause, il a toujours été le papa-poule qui se fait des cheveux blancs en s'inquiétant pour un oui ou pour un non. Sa petite fille de quatre ans le respectait beaucoup, il n'avait pas un seul problème avec elle, un vrai ange. Mais pour ce qui était de la plus grande, Lisa, qu'il considérait tout de même comme son enfant, il fallait qu'il arrive à gérer la "crise d'adolescence", bien qu'elle fut une jeune adulte. L'université rimait souvent avec beuveries, et rares sont les étudiants qui savent résister à la tentation d'aller faire la fête jusqu'à vomir partout. Lisa dormait chez lui tout le Week-End, et il n'arrivait jamais à fermer l'oeil lorsqu'il la savait à une fête, sans qu'elle lui ait dit quand elle reviendrait. Donc, il restait debout, jusqu'à des quatre heures du matin parfois, jusqu'à ce qu'elle revienne. Et quand elle lui demandait pourquoi il était debout, il mettait tout cela sur le dos de ses insomnies, ne voulant pas lui avouer qu'il s'inquiétait trop. Bien sûr, même si Lisa était au courant que son "père" souffrait d'insomnies depuis son plus jeune âge, elle n'était pas idiote, et avait bien remarqué qu'il ne restait pas debout pour cela.

    Néanmoins, William savait faire entendre raison à cette demoiselle. D'ailleurs, il afficha un sourire victorieux lorsqu'elle lui annonça, sur un ton boudeur, qu'elle choisissait bien évidemment la famille. De toute façon, il n'en attendait pas moins de sa part. Notre Franco-Irlandais l'observa et l'écouta, avec d'enlacer ses doigts avec les siens en souriant, visiblement amusé, car elle tentait encore de négocier. Donc, il lui lança, sur un ton amical et confiant.

    -Écoute, fais comme tu le sens, tant que tes notes augmentent, moi, ça me va. Ah... et désormais... on va poser quelques règles.

    Oui, lorsqu'il décidait de jouer le père, c'était jusqu'au bout. Il lui lança un petit regard sadique, avant de poursuivre.

    -D'accord, tu as vingt ans, mais en attendant, tu vis chez moi le Week End, et temps que tu vivras sous mon toit, ah, quelle éternelle phrase, il rêvait de la dire au moins une fois dans sa vie, c'est moi qui décide. Donc, je te donne un couvre-feu. Deux heures ou trois heures du matin grand maximum le samedi soir. Non, en fait deux heures du matin. Et si tu t'amuse à ne pas respecter cette limite, je change les serrures et à l'heure du couvre feu, je ferme à clef et tu dormiras dehors.

    Petit sourire en coin, puis il se leva pour s'asseoir à côté d'elle. Là, avec amusement, il glissa ses bras autour d'elle et déposa un baiser sur sa tête en déclarant, sous un regard peu convaincu de sa part.

    -Ah oui, j'oubliais, moi aussi je t'aime.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lisa B. Cole
    I'm your queen; in my world.



Nombre de messages : 878
Votre Avatar . : Emma Watson •
Date d'inscription : 01/01/2009

{Me; Myself & I.
Popularité:
36/100  (36/100)
"University; Who are you?_;: *You Gonna Far Kid' member
"Caractère; Points forts & faibles_;:

MessageSujet: Re: what about your mom ? william.   Lun 12 Jan - 0:06

    Les yeux marrons de Lisa s'agrandirent au fur et à mesure que William énonçait ses "nouvelles règles". Un .. couvre-feu ? Elle n'en croyait pas ses oreilles. Elle avait eu du mal à digérer le fait de travailler en semaine, et maintenant il lui imposait un couvre-feu alors qu'elle avait de la bonne volonté ! Et puis, comment pouvait-elle être capable de tenir un couvre-feu, surtout se terminant à deux heures ! A cette heure là, elle commençait à peine à s'amuser ! Elle ouvrit la bouche en grand alors qu'il se mettait à côté d'elle en l'embrassant sur la tête, choquée. Il rigolait, n'est-ce pas ? Hein, hein ? Pas .. possible.

      « - William .. »


    Elle avait gémi le prénom de son père, comme à bout de forces après toutes les réglementations auxquelles elle allait devoir se plier. Etrangement, mais c'était compréhensible, elle se mit à plaindre Jade pour sa future adolescence. Elle se promit d'être la plus gentille possible avec elle dorénavant, encore plus que d'habitude, pour combler l'horreur que s'apprêtait à lui faire vivre son père.

      « - Papa .. »


    Elle avait utilisé volontairement cette appellation pour désigner son professeur. Ca le toucherait, autant que ça la touchait elle-même de le prononcer à haute voix. Dit ainsi, ça donnait une certaine importance .. et elle aimait ça. Elle fit une mine dépitée et plongea ses yeux dans ceux de William.

      « - Tu l'as dit toi-même, j'ai vingt ans .. Et là tu me traites comme si j'en avais encore quatorze ! Tu .. Tu ne peux pas t'inquiéter autant pour moi .. Qu'est-ce qu'il va se passer quand j'aurais un mari, des enfants moi-même ?! Tu vas me faire dormir dans une chambre séparée de celle de mon mari quand on viendra te rendre visite ? Je sais que tu t'inquiètes pour moi, que tu as peur qu'il m'arrive quelque chose, mais je ne suis jamais seule ! Je suis avec des gens envers qui je peux avoir confiance et qui seront là si il se passe quelque chose, alors cesse d'être aussi inquiet pour moi ! Je suis adulte, je peux me débrouiller, je gère la situation. »


    Elle s'interrompit, scrutant le visage de William sans réussir à déchiffrer quoique ce soit, hésitante quant à l'idée de continuer. Elle y allait peut-être fort, mais ces paroles étaient remplies de bonnes intentions. Ses insomnies ne l'avaient jamais trompées et, bien qu'elle aime cet instinct protecteur dont William & même Joshua, son meilleur ami, semblaient empreints, elle avait besoin d'indépendance.

      « - Je suis majeure, vaccinée, et plus que tout tu sais que je suis plus mature que tous les cinquième année que tu peux avoir en cours. Alors .. Trois heures ? Trois heures, pas une minute de plus, ni même une seconde. Deux heures cinquante-neuf, sinon ? S'il te plaît .. »


    Elle posa ses mains sur la table, avant d'en déplacer une sur celle de son père, plantant de nouveau son regard dans le sien, prête à achever son discours.

      « - Tu m'aimes, alors prouve-le moi en me faisant confiance ... »





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
William Davis
Charming Man, Charming Teacher


Nombre de messages : 69
"Citation" : "Ce n'est pas parce qu'une erreur est partagée par le plus grand nombre qu"elle devient une vérité"
Votre Avatar . : Patrick Dempsey
Date d'inscription : 01/01/2009

{Me; Myself & I.
Popularité:
0/100  (0/100)
"University; Who are you?_;: *History' teacher
"Caractère; Points forts & faibles_;:

MessageSujet: Re: what about your mom ? william.   Lun 12 Jan - 18:13

    William avait peur, peur qu'il arrive quelque chose à Lisa. Même si elle connaissait la plupart des personnes avec qui elle faisait la fête, il n'en restait pas moins qu'à chaque fois, nous y faisions de nouvelles connaissances, dont certaines ne sont pas très fiables. Drogues et alcool sont toujours de mises. Après tout, il avait été jeune avant elle, et savait très bien comment cela se passait. Et avec les souvenirs qu'il avait de toutes ses soirées, il ne pouvait pas vraiment s'empêcher de voir le mal un peu partout, ce qui, d'un côté, était assez compréhensible. La plupart des étudiants ici, étaient venus seuls, leurs parents vivaient dans une autre ville, dans un autre Etat, voir même dans un autre pays pour quelques uns. Ils étaient livrés à eux même, avait une totale liberté. Et bien qu'ils soient adultes, la tentation est parfois dure à surmonter. Manque de chance pour Lisa, son "père" n'était pas loin du tout. D'ailleurs, il comptait bien lui faire prendre raison. Puis elle lui dit "Papa". Là, il sentit son coeur battre plus rapidement, son expression sévère laissa un instant place à une moue attendrie. Non, elle n'avait pas le droit de le prendre par les sentiments, pas comme ça, c'était bien trop facile !

    Puis elle se lança dans une argumentation qui pouvait se défendre. D'ailleurs, elle surprit même William, qui resta là, le visage impassible. Il l'écoutait, sans lui couper la parole, par simple signe de respect, mais également car il avait le don d'être à l'écoute et de ne pas être borné comme la plupart des parents. Il aimait pouvoir peser le pour et le contre, de façon à prendre la décision la plus raisonnable. Et, à sa grande surprise, elle tenta de négocier seulement une heure, elle limitait elle-même son couvre feu à trois heures du matin. Oui, William pensait sérieusement qu'elle ferait une crise pour rester à la fête jusqu'à au minimum six heures. Soit... il pensait que ce serait pire. Donc trois heures lui paraissait tout à fait raisonnable comparé à ce qu'il s'attendait.

    -Écoute ma puce, j'ai été jeune avant toi. J'ai aussi participé à de nombreuses fêtes. Et outre le fait que la plupart des invités étaient des hippies qui ne pensaient qu'à se droguer à se rouler dans la pelouse, je pense qu'aujourd'hui, mis à part le look, les mentalités doivent être les mêmes. Ose me dire qu'il n'y a ni alcool, ni drogue dans les fêtes où tu vas. J'ai confiance en toi, je pense sincèrement que tu es assez intelligente pour ne pas te droguer.

    Et au fond, il l'espérait sincèrement. Lui, n'avait jamais touché à la drogue, contrairement à l'alcool. Aller savoir pourquoi, mais il trouvait la bière bien moins inoffensive que quelques grammes d'ectasie. Puis il reprit, toujours sur ce même ton sérieux mais compréhensif.

    -Comme tu l'as dit oui, tu es adulte et plus mature que les "cinquième années". J'ai confiance en toi, il n'y a aucun problème là-dessus. Mais j'ai pas confiance en eux, ceux qui sont prêts à te servir un verre après avoir mit discrètement de la drogue dedans. J'ai déjà vu ça, ça se fait encore aujourd'hui. Et je n'ai pas envie qu'on te fasse ce genre de choses. D'un côté il y a ceux qui veulent s'amuser, s'en se prendre la tête, et de l'autre, les idiots finis qui vont à une fête seulement pour le sexe.

    Un soupir s'échappa de ses lèvres entre-ouvertes. Il cala sa tête contre celle de Lisa, avant d'embrasser sa tempe, comme il avait l'habitude de faire.

    -Va pour trois heures du matin, mais à deux conditions. La première, je veux que tu me promettes de ne pas prêter trop de confiance à ceux que tu ne connais pas ou que tu ne connais que vaguement. La deuxième, je veux un bisou.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lisa B. Cole
    I'm your queen; in my world.



Nombre de messages : 878
Votre Avatar . : Emma Watson •
Date d'inscription : 01/01/2009

{Me; Myself & I.
Popularité:
36/100  (36/100)
"University; Who are you?_;: *You Gonna Far Kid' member
"Caractère; Points forts & faibles_;:

MessageSujet: Re: what about your mom ? william.   Ven 23 Jan - 20:12


    Evidemment, Lisa n'était pas toujours tombée sur des gens totalement dignes de confiance. Il lui était arrivé de se tromper, comme tout être humain le ferait, mais elle ne le regrettait pas vraiment. Plus elle rencontrait de personnes non reccomandables, plus elle apprenait à les connaître & à les éviter. Maintenant, elle pouvait être fière de ne pas avoir croisé de ces gens-là depuis un bon moment, même s'ils cherchaient à la connaître. & puis, elle avait son groupe d'amis & elle leur faisait confiance, tout comme ils leur faisaient confiance. Elle n'avait vraiment plus rien à craindre.

      « Evidemment qu'il y a des drogues, & tout le toutim, mais ça ne veut pas dire que je vais y toucher. & puis, comme disait maman à l'époque, "quand tu seras plus grande & que tu seras en âge d'aller en boîte, n'oublie jamais de ne jamais lâcher ton verre, on ne sait jamais ce qui peut avoir été mis dedans durant ton absence". Je pense qu'à ce moment-là, elle savait déjà qu'elle allait partir, & que c'est pour ça qu'elle a voulu .. me prévenir, jouer son rôle de mère tant qu'il en était encore temps. »


    Son visage devint sombre quelques instants mais elle se reprit rapidement ; elle ne devait pas penser à sa mère plus que nécessaire, lorsqu'elle était seule et pouvait se laisser aller à sa guise. Elle savait que, si ça n'allait vraiment pas, William serait là pour la soutenir & la consoler, mais elle n'aimait pas vraiment paraître aussi fragile devant lui, rien que pour lui montrer qu'elle était finalement forte, bien que ce ne soit en fait qu'une carapace. Elle lui sourit, et repensa à ce qu'elle venait de dire .. La drogue. Elle y avait déjà touché, évidemment. Pas de la dure, mais de la douce. Un joint, parfois, en soirée privée, avec des amis, n'était jamais de refus. Mais elle n'allait jamais bien loin. Pas de quoi s'inquiéter, donc, et pas de quoi le mentionner à son père, au risque de lui foutre une crise cardiaque ><'.

    Elle éclata de rire lorsque William lui demanda un bisou. Non, lui ordonna de lui donner un bisou. Elle tapa doucement sur son épaule avant de lui déposer un léger baiser sur la joue, qu'elle fit bien bruyant.

      « Qui est l'enfant là, toi ou moi ?! »


    Le regard de la jeune fille dériva vers l'horloge murale qui se trouvait au-dessus de l'entrée du Slowlight et étouffa un soupir. Elle enroula sa chemise autour de son cou, et s'empressa de se lever.

      « Désolée, je dois y aller. Je t'appelle demain, d'accord ? »


    Elle embrassa encore une fois sa joue et lui sourit.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: what about your mom ? william.   Aujourd'hui à 22:43

Revenir en haut Aller en bas
 
what about your mom ? william.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» WILLIAM
» Leo William Recipon [UllzangKid]
» Gripping beast pourquoi ????
» Qui sème le vent ne redoute pas l'ouragan. — William
» Le petit oiseau va sortir • Riven & William

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Flavor of the week;; le forum de référence de PRD. :: « Other places » :: « Chapel Hill » :: -The Slowlight.-
Sauter vers: