AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Quand les professeurs se rejoignent dans un bar le soir [PV]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
William Davis
Charming Man, Charming Teacher


Nombre de messages : 69
"Citation" : "Ce n'est pas parce qu'une erreur est partagée par le plus grand nombre qu"elle devient une vérité"
Votre Avatar . : Patrick Dempsey
Date d'inscription : 01/01/2009

{Me; Myself & I.
Popularité:
0/100  (0/100)
"University; Who are you?_;: *History' teacher
"Caractère; Points forts & faibles_;:

MessageSujet: Quand les professeurs se rejoignent dans un bar le soir [PV]   Ven 2 Jan - 23:26



    William Davis & Alice E. Sheppard
    Vendredi soir, 21h05
    The Slowlight


    Les journées s'écoulaient tranquillement, simplement, la banalité était de mise ces temps-ci, bien que nous avions à faire à une nouvelle année scolaire. Voila cinq jours précisément que la rentrée avait eu lieu. Le professeur Davis avait fait la connaissance de ses nouveaux élèves, de ses nouveaux collègues, et avait retrouvé les anciens pour la plupart. Son emploi du temps n'était pas très chargé, et lui laissait pas mal de temps libre, ce qui l'arrangeait assez. Il finissait assz tôt tout les jours pour aller chercher sa fille à l'école maternelle, quand ce n'était pas les grands parents maternels qui s'en chargeaient, comme aujourd'hui. Ainsi, c'était une soirée libre pour cet homme. Et, pour cette première semaine de cours écoulée, les professeurs avaient proposé, pour ceux qui le pouvaient et le voulaient, de passer une soirée agréable dans un bar, à l'ambiance chaleureuse, de Chapel Hill. William avait accepté, préférant passer la soirée avec eux, plutôt que de se retrouver seul dans son appartement, à manger des cochonnerie devant la télévision. Et puis, il aurait une occasion de faire plus ample connaissance avec une de ses nouvelles collègue, une dénommée Alice Sheppard, avec qui il entretenait une relation forte agréable. S'étant chargé de son "intégration", si nous pouvions appeler ceci comme cela, il était mené à passer pas mal de temps avec elle à l'intérieur de l'université. Sincèrement, il voulait la voir à l'extérieur, dans sa vie de tout les jours, bien qu'il n'ait jamais eu le courage de l'inviter à dîner. Pourtant, Dieu sait à quel point William n'est pas timide lorsqu'il s'agit des femmes. En effet, il est un vrai Dom Juan, doublé d'un Casanova. Mais avec Alice, s'était différent. Et cela, dans le sens où elle le troublait beaucoup. Souvent, face à elle, il piquait un phard, perdu dans son regard clair, tentant de se ressaisir et d'arrêter de rougir de la sorte. Elle le prenait souvent au dépourvu, et rare était les fois où il savait se contrôler. Dans un élan de timidité, qui n'avait jamais été présent dans sa vie sauf avec elle, il parlait, disait n'importe quoi, sans s'arrêter, et finissait par se trouver idiot face au sourire amusé qu'elle prenait.

    Voila déjà une bonne heure qu'ils étaient une dizaine de professeurs présents dans ce bar. Quelques élèves s'y trouvaient, et observaient avec amusement les enseignants faire des parties de fléchettes ou de billard, en buvant quelques bières. Le professeur Davis finissait toujours vainqueur dans les parties de fléchettes. Désormais, il se retrouvait au comptoir, sur des grands tabourets en cuir, avec, juste à côté de lui, miss Sheppard. Il sirotait une bière, parlant avec elle de choses et d'autres. Il apprenait, en somme, à la connaître. Avec un sourire charmeur, il lui avait demandé qui était ses auteurs préférés, sa couleur favorite même. Il ne lui cacha pas non plus son dégoût pour la matière qu'elle enseignait. Il n'a jamais vraiment aimé les sciences.

    -Enfin... pour tout avouer, j'ai dû sécher les trois quarts de mes cours de physique-chimie et de sciences quand j'étais au collège et au lycée.

    Lui avoua-t-il avec une mine innocente sur le visage, comme s'il cherchait à se faire pardonner. Lorsqu'il avait voulu s'orienter dans la filière Économique et Sociale, en séchant qu'il n'y aurait pas de sciences dedans, tout ses professeurs avaient été d'accord, sachant que plus il se trouvait loin des salles de chimie, mieux il se portait.

    -Quoi que si je vous aurais eu en tant que professeur, je me serais sûrement montré plus présent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alice E. Sheppard
    sweetheart teacher; don't try anything with me



Nombre de messages : 119
Age : 24
"Citation" : rêve ta vie en couleur; c'est le secret du bonheur
Votre Avatar . : Ellen Pompeo
Date d'inscription : 02/01/2009

{Me; Myself & I.
Popularité:
5/100  (5/100)
"University; Who are you?_;: *Science' teacher
"Caractère; Points forts & faibles_;:

MessageSujet: Re: Quand les professeurs se rejoignent dans un bar le soir [PV]   Sam 3 Jan - 2:05

    Aliice Elisabeth Sheppard and William Davies.
    un vendredi soir normal, mais pas comme les autres. - 21h05
    WHERE ? the slowlight

    Une rentrée compliquée, dure et maintenant finie. Les journées avaient été remplies par de nombreuses heures de cours, de présentation et surtout, de nouveaux élèves. Alice était arrivée en ville l'an dernier et avait postulé pour cette grandiose université en Caroline du Nord. Ce qu'elle y enseignait ? Les science physiques et chimiques. Intelligente la jeune femme, et elle ne se laisse surtout pas piler sur les pieds. Durant ces cinq derniers jours, Alice avait du trouver une manière efficace pour tout connaître le nom de ses élèves et ainsi de suite. Elle ne conaissait personne dans cette grandiose université et parfois, ça pouvait l'intimider un peu. Alice et son intimidation, son manque de confiance par un petit rien du tout. Pourquoi elle n'avait postulé qu'en fin d'année dernière ? Simplement parcequ'elle était arrivée plus tard que prévue ici. Sa mère l'ayant obligé à rester quelques jours pour sa tante qu'elle n'avait jamais vue de sa vie. Alice était bien mieux ici, à l'université avec des gens qui savaient bien parlé et surtout, bien s'amusé entre eux. Elle avait rencontré ses collègues pas longtemps avant sa première heure de cour. Pas mal tous sympathique, ces gens là. Elle était certaine qu'elle ne serait pas capable d'en sentir quelques uns mais généralement, tout se passait à merveille. On l'avait quand même bien intégrée à eux, enfin, à ceux qui semblait le plus propice à vouloir de quelqu'un d'autre dans leur petite bande de professeur. C'est William qui lui avait fait visité cette école. École, université plutôt. Ce campus géant, les confréries. Elle revivait presque elle même ses années d'études. William lui avait montré toutes les places, les endroits et elle avait bien sympathisée avec lui. La Professeure Sheppard n'avait pu que résister à son charme et il en était bien difficile. Pour la première fois aujourd'hui, Alice allait la voir à l'extérieur de l'université, de leur lieu de travail puisqu'elle avait accepté l'invitation d'aller dans ce petit bar de Chapel Hill avec ses collègues. Elle y allait surtouut pour voir William, car pour l'instant, c'était avec lui qu'elle avait parlé le plus et elle le trouvait super intéressant. Avec lui, elle se prenait souvent à lui parler de tout, ce qu'elle ne ferait jamais avec quelqu'un d'autre, et elle démontrait beaucoup plus de gentilesse que nescessaire. Elle le trouvait marrant parfois, lorsqu'il parlait beaucoup et elle adorait ça. Alice aimait bien qu'il la fasse sourire donc, c'était un plus pour lui.

    Cela faisait une bonne heure qu'Alice était présente dans ce bar avec ses collègues professeurs et surtout, quelques élèves qui les observaient, se demandant pourquoi un prof' passait quelques heures de son temps dans un bar, comme si les professeurs ne pouvaient jamais s'amusé ou prendre du bon temps. Alice avait joué quelques parties de billard et en avait gagné seulement deux sur cinq. Faut se l'avouer, elle était quand même douée avec le billard. Maintenant, elle était assise sur un tabouret noir, assez élevée au comptoir du bar, à côté de qui ? De William Davies, en train de discuter avec lui. La jeune femme avait pris une tequilla, son alcool préféré ces temps-ci et répondait à ses question et écoutaient lorsqu'il lui répondait. Alice rigola légèrement, avant de lui répondre, les yeux brillant de malice.

    c'est pas bien ça, tu saiis (a) je n'ai jamais aimé l'histoire moi non plus, et j'ai passé TOUS mes cours sans en sécher aucun. tu vois, là, c'est de la fierté

    Alice lui fit un léger sourire, victoire. Enfin, l'histoire et la géographie ne l'avait jamais intéressée mais elle avait passé tout son temps, dans ses salles de classe. Mais elle lui pardonnait, son petit sourire innoncent sur le visage, ses yeux magnifique beau lorsque l'on plongeait son regard dedans. Alice rougit légèrement à sa dernière remarque.

    et moi de même, si je t'avais eu comme professeur, j'aurais même pris des cours de rattrapage. dragueur Razz

    Alice le toucha légèrement, effleurant sa main sur son épaule, comme pour lui donner un léger coup. Toute souriante et enfin heureuse, elle but une autre gorgée de sa tequilla, le rouge toujours présent sur ses joues.

    aloors. mm ? tu as une famille ici toi ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
William Davis
Charming Man, Charming Teacher


Nombre de messages : 69
"Citation" : "Ce n'est pas parce qu'une erreur est partagée par le plus grand nombre qu"elle devient une vérité"
Votre Avatar . : Patrick Dempsey
Date d'inscription : 01/01/2009

{Me; Myself & I.
Popularité:
0/100  (0/100)
"University; Who are you?_;: *History' teacher
"Caractère; Points forts & faibles_;:

MessageSujet: Re: Quand les professeurs se rejoignent dans un bar le soir [PV]   Sam 3 Jan - 16:01

    Lui, dragueur? William ne vivait que de drague et d'eau fraîche ces temps ci. Il voulait conquérir le coeur d'Alice, il n'y avait aucun doute la-dessus. L'envie de goûter ses lèvres se faisait de plus en plus ressentir, il voulait caresser sa peau, jouer avec ses cheveux, la sentir dans ses bras, lui faire l'amour. Une simple attirance physique? Il aurait aimé que ce soit le cas. Mais sa personnalité en avait décidé autrement. En plus d'être belle et terriblement désirable, elle adoptait ce caractère qu'il aimait déjà trop. La voir sourire, ses yeux se remplir de malice, son visage devenir pétillant, tout cela le rendait fou. Et puis, elle avait une voix douce, enchanteresse, trop belle pour qu'elle ne soit que humaine. Toujours face à elle, il adoptait ce sourire béat, cette expression attendrie, ce regard charmeur.

    Il remarqua par la même occasion qu'elle le tutoyait, alors que lui, avait prit la peine de lui dire "vous". Mais ce petit détail ne le dérangea pas le moins du monde, bien au contraire. Étaient-ils assez proches et intimes pour se traiter comme de vieux amis? Cette idée lui fit dessiner un sourire sur son visage d'homme mature. Il décida donc de faire de même, dans une discrétion sans faille.

    -Alors j'ai à faire à une femme qui, plus jeune, était une élève modèle qui n'a jamais séché? Ça c'est désolant.

    Lui lança-t-il sur un ton faussement désespéré, avant d'arborer un petit sourire moqueur qui dévoilait ses deux belles fossettes sur ses joues légèrement barbues. Puis elle se mit à rougir. Une réaction qu'il trouvait très attendrissante. Si bien qu'il en fit une petite moue amusée. Elle était d'une beauté incroyable, d'un charme incroyable. Ses yeux, peu maquillés, lui donnaient un regard perçant, envoûtant, et il se forçait d'en détourner parfois le visage, à contre coeur. Cette femme savait plaire, et il comprenait mieux pourquoi des hommes passaient leur temps à se retourner à son passage. Mais c'était lui qui avait la chance de parler avec elle, personne d'autre. Glissant ses mains dans ses cheveux bruns et légèrement bouclés, il finit par se pencher légèrement vers elle, comme s'il allait lui faire une confidence.

    -Si tu aurais prit des cours de rattrapage, j'ai bien peur que j'aurais finit par avoir des problèmes avec l'administration. On se doit de rester seulement professionnels avec les élèves. Avec toi, j'aurais eu du mal à me contenir.

    Enfin, il se redressa légèrement, attrapa la petite bouteille de bière entre ses doigts, afin d'en prendre deux gorgées. Puis il la reposa sur le comptoir, au moment où elle prononça sa question. Il croisa les bras sous son torse, avant de répondre, accompagné d'un sourire innocent.

    -Je vis avec ma fille en ville. Elle a quatre ans.

    Le ton qu'il avait prit ne faisait à aucun moment croire que la mère de l'enfant était décédée. Il avait prononcé ces mots avec tant d'aisance, que cela présageait un simple divorce. Il avait cependant peur que cette nouvelle ne la bloque. Non pas qu'il pensait avoir une relation sérieuse avec elle, mais ne nous voilons pas la face. Plusieurs femmes avaient refusé ses avances tout bonnement parce qu'il était père. Elles ne cherchaient pas le compliqué.

    -Et toi alors? De la famille ici? Un mari, un enfant?


Dernière édition par William Davis le Dim 4 Jan - 2:02, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alice E. Sheppard
    sweetheart teacher; don't try anything with me



Nombre de messages : 119
Age : 24
"Citation" : rêve ta vie en couleur; c'est le secret du bonheur
Votre Avatar . : Ellen Pompeo
Date d'inscription : 02/01/2009

{Me; Myself & I.
Popularité:
5/100  (5/100)
"University; Who are you?_;: *Science' teacher
"Caractère; Points forts & faibles_;:

MessageSujet: Re: Quand les professeurs se rejoignent dans un bar le soir [PV]   Sam 3 Jan - 23:37

    Alice, tant qu'à elle, draguait de temps à autre, juste pour voir l'effet qu'elle continuait de faire sur autant d'hommes et parfois même, quelques jeunes adultes qui étaient tout déboussolés par leur magnifique professeure de science. Pour Alice, elle était attirée physiquement pas lui, pour le moment en tout cas. Sa personnalité lui plaisit bien et cela faisait maintenant un bon moment qu'elle n'avait pas pu parler ainsi, avec quelqu'un qui lui plaisait sans vraiment se voiler. Elle était comme ça habituellement, discrète et solitaire, un peu mystérieuse sur les bords. Jamais elle n'aurait approcher William si lui ne l'avait pas fait, sauf si elle se serait faites un défi personnel, un genre de " vass-y , tu en es capable ma belle ". Aujourd'hui, pour une fois, Alice laissait de côté son petit penchant pour l'alcool, pour sa mystériosité et essayait d'être elle même. Alice regardait toujours William, ne sachant quoi regarder d'autre. On aurait pratiquement dit qu'elle le fixait, avec son regard légèrement perdue dans ses yeux, mais elle ne faisait que le regarder, attirer par lui et par son visage à la fois si chaleureux et charmant. La belle Alice souria de nouveau. Hey oui, elle était une pûre enfant modèle vous savez ? Si elle ratait simplement une heure de cour, elle aurait pu être renvoyée de cette magnifique école privée de Manhattan et aurait fait honte à sa mère dans tout New York city. C'était comme ça, avec elle. Il fallait obéir.

    c'était duure, de sécher les cours à l'époque. tu me croies si je te dis que je ratais simplement une heure, sans excuse valable, je me faisais renvoyée ? c'est ça le côté riche de new-york. be perfect ^^

    Après son rougissement de tout à l'heure, Alice souria de nouveau, toujours un peu gênée de toute facon. Ouui, on sait. Elle devrait avoir beaucoup plus confiance en elle, cette belle femme. Mais ça n'était pas venue avec sa personalité d'enfant et surtout pas grace à sa famille. Alice détourna son regard du visage de Willaim quelques instants, pour se remettre les idées en place, boire une gorgée de sa tequilla. Elle poussa un léger soupire, de soulagement. Tout se passait bien, elle n'avait pas encore gaffé, dis quelque chose de maladroit. C'était un exploit pour elle, du moins, elle espérait ne rien dire qui causerait un froid ou un problème. Alice retourna son regard dans sa direction et le regarda passer sa main dans ses cheveux. Un geste si banal mais que l'on pouvait bien qualifier de sexy, dépendament de la personne qui le faisait. Sa dernière remarque la fit rire, une nouvelle fois. Alice se sentait si joyeuse en ce moment.

    ohhh, mais peut-être que personne ne l'aurait jamais su, tu sais, si il y avait eu quelque chose. du moins, moi, je n'aurais jamais rien diit, pour ne pas te faire virer quand même.

    Alice lui avait quelque peu murmuré ses mots elle aussi, après qu'il se soit penché vers elle. Elle avait pu sentir son parfum, son odeur (a). Enfin, c'était presque parfait. Elle s'était penchée à son tour vers lui aussi. Il n'y avait pas grand bruit ce soir, à par les autres professeurs qui parlaient entre eux et de la musique. Légèrement surprise, Alice réussit quand même à sourire. Une fille, une petite fille. C'était mignon ça (l). Alice aimait bien les enfants de toute façon. De quatre ans, elle était quand même jeune. Un léger silence s'installa, mais William le brisa avec une nouvelle question, pour elle cette fois. Alice prit une gorgée de sa tequilla et lui répondit, le plus honnêtement possible.

    Ta fille, elle s'appelle comment ? Tu as une photo d'elle ? Je suis sûre qu'elle est très mignonne (a).
    Moi ? Aucun. Mes parents se sont séparés et puis, ma mère vit toujours à NY dans son gros appartement sur la 5e avenue. Elle est millionaire, tu sais, le genre de personne qu'elle est devenue à cause de ça, égoïste. Mon père, il vit dans un appart' miteux à Brooklyn, il est alcoolique et c'est qu'un taré. Je n'ai pas d'enfant, ni de mari.
    Ta famille toi, est-ce qu'elle vit près de toi? ^^ Et ta femme, ou ton ex-femme.. ce n'est peut-être pas le sujet à abordé non plus je crois hen ? ^^


    Alice lui fit un léger sourire, du genre qu'il n'était pas obliger de lui raconter sa vie comme elle venait de faire, elle comprendrait bien, de toute façon.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
William Davis
Charming Man, Charming Teacher


Nombre de messages : 69
"Citation" : "Ce n'est pas parce qu'une erreur est partagée par le plus grand nombre qu"elle devient une vérité"
Votre Avatar . : Patrick Dempsey
Date d'inscription : 01/01/2009

{Me; Myself & I.
Popularité:
0/100  (0/100)
"University; Who are you?_;: *History' teacher
"Caractère; Points forts & faibles_;:

MessageSujet: Re: Quand les professeurs se rejoignent dans un bar le soir [PV]   Dim 4 Jan - 13:35

    Apparemment, tout deux venaient d'un monde totalement différent. Alice venait d'une famille riche, très riche apparemment, vu qu'elle avait mentionné le fait que sa mère était millionnaire. Il imaginait donc aisément sa vie trop strict, remplie de règles et d'obligations. Dans le fond, il n'estimait pas que l'argent suffisait à rendre heureux. Car même si elle ne manquait de rien financièrement, il fallait avouer que l'amour n'était probablement pas assez présent. William, lui, venait d'une famille bien trop modeste, et bien trop nombreuse. Certes, ils avaient toujours eu quelque chose dans leur assiette le soir, mais sincèrement, l'argent ne coulait pas à flot, et cela se ressentissait. C'est seulement après avoir beaucoup économisé qu'ils s'offraient une vie parisienne, dans un appartement trop cher et pourtant, un vrai taudis. Cependant, il avait fait avec, il n'avait pas vraiment imaginé sa vie autrement. Il aimait le style Baba-Cool que les membres de sa famille adoptait. La seule règle fondamentale était le respect, et malheureusement pour William, il avait complètement ignoré.

    -Et tu me crois si je te dis que je me suis fait renvoyer de... mh..., il leva les yeux au plafond, d'un air malicieux, avant de reposer son attention sur elle et en lui montrant quatre doigts de sa main droite, avant de poursuivre sur un ton amusé, quatre établissements?

    Il esquissa un nouveau sourire en l'observant. De ses yeux charmeurs, il la regardait boire sa Tequila, avec un certain amusement. Disons qu'il aurait volontiers aimer être cette boisson, juste pour se déposer sur ses lèvres. Lorsqu'elle la reposa sur le comptoir, il retint une petite remarque, et se contenta de l'écouter. Penchés l'un vers l'autre, ils énuméraient les hypothèses si elle avait été professeur et lui élève. Cette possibilité lui rappelait un étrange souvenir. Leurs visages si près lui donnaient envie de lui capturer les lèvres. Il retenait difficilement ses pulsions, mais y arrivait, c'était le principal. Que penserait-elle de lui si il se jetait sur elle sans prévenir personne?

    -Tu sais, mon troisième renvoie, au collège, il a été dû à une relation que j'entretenais avec ma professeur de français. J'ai bien peur que ce genre de relations ne soient pas caché éternellement.

    Puis il arborait une mine déçue. Comme si ça l'embêtait de ne pas avoir une relation avec elle, bien que leur conversation relevait de l'ironie et du sarcasme. Ils continuèrent par la suite à parler de leur vie respective. Elle parut surprise d'apprendre qu'il était père d'une gamine de quatre ans, mais pas dans le mauvais sens de terme, ce qui le rassura quelque peu. Il ne voulait pas qu'elle fuit en courant, mais il ne voulait pas non plus cacher l'existence de l'être le plus important de sa vie. Après tout, Jade était sa fierté. Alice lui demanda si il avait une photo d'elle. Bien entendu. Il lui lança un regard amusé et plongea la main dans la poche arrière de son jean, pour en sortir son porte-feuille. Comme beaucoup de parents, William gardait sur lui au moins une photo de son enfant. Juste pour le plaisir de voir cette tête d'ange lorsqu'il payait quelque chose. Il l'ouvrit donc et sortit une petite photo de sa famille, comportant sa fille d'un côté, et lui de l'autre.
    Spoiler:
     

    Elle était une petite aux longs cheveux châtains clairs, aux reflets roux, au regard malicieux et espiègle. Cette photo simple représentait la vraie complicité entre un père et sa fille. Jade avait hérité du sens de l'amour de son papa. Inutile de préciser qu'à elle seule, elle était un véritable clown, extravertie comme jamais.

    -Oh je vois, tu viens du genre de famille où tout est strict? Avec une mère envahissante qui t'as prouvé son amour avec des cadeaux? Enfant unique je présume. Moi c'est tout le contraire. Je viens d'une famille modeste composée de sept enfants. Ma mère s'occupe d'un bar, et mon père est comédien dans une troupe de théâtre. Certains de mes frères et soeurs sont repartis en Irlande, d'autres sont restés en France. En somme, j'ai bien peur d'être le seul sur ce continent.

    A ses mots, il haussa les épaules d'un air désintéressé. Puis il lui adressa un sourire charmeur, avant de poursuivre.

    -J'ai ma fille avec moi, donc je ne suis pas trop à plaindre. Quant à ma femme, elle est partie.

    Se contenta-t-il de répondre, visiblement pas très envieux de s'éterniser sur le sujet.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alice E. Sheppard
    sweetheart teacher; don't try anything with me



Nombre de messages : 119
Age : 24
"Citation" : rêve ta vie en couleur; c'est le secret du bonheur
Votre Avatar . : Ellen Pompeo
Date d'inscription : 02/01/2009

{Me; Myself & I.
Popularité:
5/100  (5/100)
"University; Who are you?_;: *Science' teacher
"Caractère; Points forts & faibles_;:

MessageSujet: Re: Quand les professeurs se rejoignent dans un bar le soir [PV]   Lun 5 Jan - 4:37

    Oui, ils venaient tous deux d'un monde complètement différent. Pour elle, tout devait être parfait. Habillée de la dernière mode, passez ses études avec des notes supérieurs à la moyenne de la classe, bien parlé, bien marché, savoir les étiquettes de bases, qu'elle était la fourchette à utilisé lorsqu'on mangeait de la salade. Tous ces petits trucs totalement inutile qui ne servait jamais. Sauf quand on rencontrait une renommée internationale ou quelque chose du genre. Comme ce soir, Alice ne se serait jamais servie des étiquettes, c'était tout sauf convenable dans un bar, et tout ça, c'était la vraie vie. Du moins, elle avait été élevée, non pas dans le respect, mais la jalousie que sa mère avait pour les autres. Rien n'était parfait comparé à elle, ou à l'autre. Toujours le même refrain, comme si tout devait être impeccable. C'était pour cette raison qu'Alice était partie loin de New-York, de chez elle, de sa mère et de son enfer blanc et tout propre. Alice passa une main dans ses cheveux, balancant une légère odeure de lavande au passage. Elle s'était lavée les cheveux la journée même, ce matin. Il dégageait une odeur florale agréable. Alice ouvrit la bouche. Renvoyés de quatre établissements ? Mon dieu, c'était.. beaucoup non ? Se faire renvoyés autant. La bouche légèrement ouverte et quelque peu surprise. Elle se reprit en rigolant légèrement.

    wahouuu, je n'aurais jamais cru cela. nous venons de monde totalement différent, toi et moi.

    Il lui plaisait bien, oui. Vraiment. Son ton qu'il prenait, légèrement amusé pour lui raconter ses péripéties, son regard charmeur sur elle, mais ô combien merveilleux, savoir qu'il la regardait elle et personne d'autre. Ses petites manies, de replacer ses cheveux, son changement de visage aussi rapidement, passant d'une moue déçue à une autre plus enjouée. Alice adorait ça et elle ne se la cachait pas. Elle aurait bien aimée, être une fonceuse et l'embrasser, directement ici. Gouter ses lèvres avec passion et tendresse, comme elle savait si bien le faire. Si près l'un de l'autre que ça devenait maladivement intenable pour elle. Pulsation, toujours là lorsqu'on ne voudrait pas... à moins qu'on le voudrait dans le cas contraire ? Alice ne réagit pas au quart de tour lorsqu'il lui apprit sa relation avec une professeur de français. Courageux, du moins, c'est ce qu'elle pensait. Toujours aussi proche, Alice s'avanca davantage, joueuse comme elle savait bien le faire.

    mais je suis sûre qu'elle ne l'a jamais regretter. enfin, tu t'es vu ? qui pourrait résister à ton sourire charmeur et tes belles paroles, même moi j'en serais incapable..

    Un léger clin d'oeil et Alice se recula légèrement, sourire aux lèvres, les yeux toujours pétillants. Peu maquillé, c'est ce qui faisait tout son charme à la jeune femme. Surprise d'apprendre qu'il était père était quelque peu normal, mais pour elle, ça ne la dérengeais pas du tout, au contraire. Alice adorait les enfants de toute manière, adolescente, elle ne faisait que ça, faire du babysitting et elle en faisait encore aujourd'hui, pour dépanner de vieux amis. Alice pencha légèrement la tête vers la photo que William lui montrait. Ils étaient magnifique, tous les deux. La petite était trop joli et mignonne, une petite bouille d'ange à qui on ne pouvait pas résister. Observant toujours la photo avec attention, essayant de trouver quelques traits qui leur ressemblait, ce qu'elle pouvait avoir de son cher père, Alice écouta ce que William lui dit. Elle eu un sourir triste durant quelques secondes et hocha la tête en relevant le visage.

    tu as tout compris, ma mère était cinglée de toute façon, elle payait un psy' 500$. Woow, tu viens d'Irlande ? C'est.. superbe ! Ce doit être beau là-bas. Vous êtes beaucoup dans votre famille. J'aurais bien aimé, avoir une grande famille comme ça.


    Alice lui fit un léger sourire. Une grande famille, c'est ce qu'elle aurait aimé avoir. Avec des parents qui étaient présents et des frères et soeurs, pas être enfant unique comme maintenant. Pour la question sur sa femme, son ex-femme plutôt et si il vivait avec autres personnes que sa petite fille (l), Alice aurait du ne rien dire là-dessus. Parler de son ex-femme ne devrait pas vraiment être un sujet de conversation.

    Seul sur le continent avec votre fille, enfin. Tu dois être heureux d'être papa d'une fille aussi magnifique ? Ça te dit d'aller prendre l'air, quelques instants, je commence à avoir trop chaud ici
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
William Davis
Charming Man, Charming Teacher


Nombre de messages : 69
"Citation" : "Ce n'est pas parce qu'une erreur est partagée par le plus grand nombre qu"elle devient une vérité"
Votre Avatar . : Patrick Dempsey
Date d'inscription : 01/01/2009

{Me; Myself & I.
Popularité:
0/100  (0/100)
"University; Who are you?_;: *History' teacher
"Caractère; Points forts & faibles_;:

MessageSujet: Re: Quand les professeurs se rejoignent dans un bar le soir [PV]   Mar 6 Jan - 22:26

    Oui, pour tout avouer, le fait que William se soit fait virer de quatre établissements différents, étaient spécialement étonnant. Surtout lorsque l'on voyait cet homme responsable, mature, et d'un grand sérieux. Ainsi, on l'imaginait mal avoir été un vrai petit diable durant ses jeunes années. Pourtant, il avait bien changé. Étant adolescent, comme beaucoup, il avait fait sa crise, mais cette dernière s'était manifestée de façon importante. Cela d'ailleurs lui a porté préjudice à plusieurs moments de sa vie. Les quatre renvoies étaient, bien entendu, notés dans son dossier. Heureusement, son grand talent, ses diplômes et son charisme avaient réussit à le pardonner. Il esquissa un sourire en voyant la réaction d'Alice, et il ne put s'empêcher d'étouffer un rire.

    -Tout le monde est étonné en apprenant ça. Mais bon... je suis sortit de ma crise d'adolescence. Maintenant, je suis un vrai petit ange.

    Avoua-t-il sur un ton sarcastique, accompagné d'une moue innocente. Elle poursuivit en lui avouant qu'elle même, elle ne pouvait pas résister à son physique et à sa personnalité. Pourtant, William faisait partit de ces personnes qui, avec l'âge, prennent de la beauté. En effet, lorsqu'il était plus jeune, on ne pouvait vraiment pas dire qu'il avait autant de succès avec les filles. Non, il était plutôt le "boulet" que les Bad Boys au physique élégant, traînait derrière lui. Cependant, il avait tout de même ce visage d'ange, ses belles fossettes et ses petits yeux bleus. Mais le charme était venu quand il avait grandit. D'ailleurs, il remerciait le ciel pour cela.

    -Et bien... pour tout t'avouer, quand j'étais plus jeune, j'avais toujours les cheveux en pétard, des boutons d'acné partout sur le visage, le fameux appareil dentaire et... j'étais tout maigre et tout blanc. Enfin, ça n'a pas vraiment changer, mais c'était pire avant.

    Alice semblait néanmoins l'envier. L'envier pour sa famille. Certes, il avait entretenu de très bonnes relations avec ses frères et soeurs, mais par moment, il aurait bien aimé être un enfant unique. Disons que dans les deux cas, il y avait des avantages et des inconvénients. D'ailleurs, il ne tardait pas à faire part de ces derniers, à la jeune femme, en se penchant vers elle, comme lorsque l'on fait une confidence. Il chuchota doucement, d'un air malicieux.

    -Mais avec une grande famille, adieu l'intimité. Et quand on doit partager sa chambre avec deux de ses frères, crois moi, on aimerait avoir de l'intimité.

    Le visage proche de celui d'Alice, il esquissa un nouveau sourire et replaça une mèche de cheveux châtains clair derrière son oreille. Elle était d'une beauté époustouflante, et il ne cessait de se le répéter. Décidément, il n'arrivait pas à sortir ce sourire de son esprit. Puis elle lui proposa de prendre l'air, car elle commençait à avoir chaud ici. Il hocha la tête avec amusement, prit sa bière, en but une gorgée et la reposa sur le comptoir avant de se lever de ce grand tabouret en cuir noir. Là, il offrit son bras à Alice et l'emmena à l'extérieur du bar. La nuit était tombé depuis un moment déjà, mais il ne faisait pas froid. Un léger vent effleurait leurs joues, un vent chaud, bon.

    -Alors, dis moi tout. Pourtant tu restes aussi indifférente face à tout ces hommes qui t'observent? Tu n'as que l'embarras du choix, mais tu joues ton éternel célibataire.

    William esquissa un sourire, avant de se mettre face à elle. En effet, dans ce bar, beaucoup d'hommes l'observaient et n'auraient pas dit non pour la connaître un peu mieux. Puis il fronça les sourcils, dans un changement d'humeur étonnant. Et de nouveau, il lui adressa un sourire amusé.

    -Non en fait, tant mieux, je n'aies pas envie de me faire frapper si je te vole un baiser.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alice E. Sheppard
    sweetheart teacher; don't try anything with me



Nombre de messages : 119
Age : 24
"Citation" : rêve ta vie en couleur; c'est le secret du bonheur
Votre Avatar . : Ellen Pompeo
Date d'inscription : 02/01/2009

{Me; Myself & I.
Popularité:
5/100  (5/100)
"University; Who are you?_;: *Science' teacher
"Caractère; Points forts & faibles_;:

MessageSujet: Re: Quand les professeurs se rejoignent dans un bar le soir [PV]   Lun 12 Jan - 1:04

    Et Alice qui ne s'était jamais fait virer de quelque part. Ils étaient différens, mais ça faisait du bien de rencontrer d'autre gens, enfin pour Alice. Alice n'aurait jamais cru cela, en voyant William pour la première fois. Surtout qu'il étaot devenu professeur et que ça, cela semblait étrange vu au fait qu'il avait été renvoyé de quatre établissement scolaire. Étonnée, ça, elle l'était bien plus qu'elle aurait voulu l'être. Il avait pris des risques dans son adolescence lui, pas comme elle du moins, à faire tout ce qu'elle devait toujours accomplir. Elle rigola légèrement à la remarque de William. Je suis un vrai petit ange ? Son ton sarcastique la fi rigoler encore plus. Bon, Alice le trouvait marrant avec toutes ces petites répliques.

    t'es un vrai p'tit ange maintenant ? (a) j'aimerais bien voir ça moi.

    Elle lui fit un léger sourire, simple, le rouge légèrement aux joues à force de rire et de la chaleur présente dans la pièce. Alice, tant qu'à elle, avait toujours été jolie. De petites pomettes lorsqu'elle souriait, de belles dents, de beaux cheveux et des yeux qui pouvait faire flancher plus d'un garçon à la fois. Toutefois, sa beauté avait continué à s'améliorer au fur et mesure des années et Alice ne s'en plaignait pas du tout. Lui, il était encore le contraire d'elle. Enfin, Alice l'observa de nouveau. Ses yeux bleus qui semblait venir de l'océan avant du faire flancher plus d'une fille et son côté charmant aussi.

    ohhh, j'aime bien les cheveux en pétard moi, ça fait classe parfois . tu pourrais partir une nouvelle mode tu sais ? (a) moi j'étais.. comme je suis aujourd'hui, en moins belle. du moins, essaie de m'imaginez en tant qu'adolescente parfaite et puis, c'est ce que ça donnera. ohh, tu me montrera une photo de toi lors de ta période d'ado rebel que je puisse comparé avec aujourd'hui (a)

    Bah quoi ? C'était toujours pas mal, et même assez, amusant de regarder les photos d'enfance des autres. De voir comment ils étaient petits, à leur bal de promo, tout ce genre de truc. Ouuii, Alice enviait beaucoup la famille que William avait eu, même si elle aurait encore du se plaindre de quelque chose, comme elle le faisait souvent. Au moins, avoir des parents qui s'aiment et une famille unie, c'est tout ce qu'elle aurait demandé. Et un petit frère ou une petite soeur, le comble pour elle. Elle acquiesa d'un signe de tête à ses paroles. C'est sûre que l'intimité partait vite avec de nombreux frères et soeurs présents dans une maison. Elle le regardait toujours, le visage près du sien. Il déplaca une de ses mèches de cheveux pour lui placer délicatement derrière l'oreille. Alice souria légèrement. Après lui avoir dit qu'elle voulait sortir, Alice prit le bras que William lui tendait et elle se leva de son siège en cuir. Ce devait être la première fois qu'elle ne buvait pas autant durant une soirée. Un léger sourire s'imposa sur ses lèvres avant de sortir du petit bar, l'air frais du soir lui frappa au visage. Un léger vent, pas du tout froid mais on était bien. Un bon vent qui dégageait une douce chaleur. À sa question, Alice le regarda, surpris. Ohh, mais pourquoi voulait-il savoir ça lui. Elle ne répondit pas toute suite, attendant qu'il prononce autre chose. Sa dernière phrase la fit sourire légèrement. Alice baissa doucement la tête vers ses pieds, comme si elle devait se confesser ou qu'elle s'excusait d'avoir fait quelque chose de mal.

    j'dois dire que la dernière personne à qui j'ai fais confiance est partie avec ma meilleure amie. c'est pour ça que je joue mon éternel célibataire tu saiis, c'est pour ça que je suis venue ici, pour oublier.

    Alice releva la tête, légèrement pas trop vite, normalement enfait. Elle s'avanca lentement vers lui, jusqu'au moment d'ëtre suffisament près de lui, presque collé contre son corps.

    et pourquoi tu ne me le voles pas, ce baiser ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
William Davis
Charming Man, Charming Teacher


Nombre de messages : 69
"Citation" : "Ce n'est pas parce qu'une erreur est partagée par le plus grand nombre qu"elle devient une vérité"
Votre Avatar . : Patrick Dempsey
Date d'inscription : 01/01/2009

{Me; Myself & I.
Popularité:
0/100  (0/100)
"University; Who are you?_;: *History' teacher
"Caractère; Points forts & faibles_;:

MessageSujet: Re: Quand les professeurs se rejoignent dans un bar le soir [PV]   Lun 12 Jan - 17:52

    Bien sûr que désormais, il était un vrai petit ange. Ce n'était pas pour rien qu'il était autant apprécié de ses élèves ainsi que de toutes les personnes qui pouvaient l'entourer. Et puis, sincèrement, qui pouvait résister à sa gueule d'ange lorsqu'il affichait une moue innocente et particulièrement adorable? Mais il n'était pas faux de dire que dans son "Fan Club" n'apparaissait que des femmes en général. En effet, les hommes, eux, on toujours eu tendance à le haïr vu la facilité qu'il avait pour que des demoiselles le prennent dans ses bras et le chouchoute. Les câlins, les bisous, il adorait ça et en avait besoin de sa dose quotidienne, au risque de devenir une vraie terreur, une sorte de drogué en manque d'héroïne. William était un Bisounours ambulant et l'assumait totalement. Sans la douceur des femmes, où irait le monde aujourd'hui?

    -Je pense que j'aurais plusieurs fois l'occasion de te le montrer.

    Lui avoua-t-il avec amusement. Puis le sujet de discussion revint sur lui, lorsqu'il était plus jeune. Alors comme ça, elle trouvait que les cheveux ébouriffés étaient quelque chose qu'elle aimait? Puis elle lui demanda si un jour, il pourrait lui apporter une photo de lui, jeune, pour qu'elle puisse comparer aujourd'hui.

    -Oui, tu peux aimer les cheveux en pétard, mais ça, c'est parce que t'as pas vu les miens quand j'étais adolescent. , il marqua une pause de quelques secondes, écoutant la suite de ses paroles. Il se mit à rire, avant de glisser ses mains dans ses cheveux, levant les yeux au plafond, un air amusé sur le visage, avant de poursuivre, Non, tu n'aurais jamais le plaisir de me voir plus jeune. J'ai dû brûler les photos.

    Et voila qu'il l'entraîna dehors, elle à son bras. En entendant pourquoi elle devenait une éternelle célibataire, William se trouvait en face d'elle, arborant une mignonne grimace, suivit d'un regard qui dénonçait toute la compassion dont il faisait preuve à son égard. Le fameux triangle amoureux. Lui, n'avait jamais eu ce genre de problème, disons que entre lui et ses amis, une règle d'or avait été instaurée, le "Pas touche à la petite amie de l'autre." Tout le monde l'avait respecté, et dans le fond, heureusement.

    Enfin, Alice finit par se rapprocher de lui, et il ressentit un frisson parcourir le long de sa colonne vertébrale lorsqu'il sentit sa poitrine contre son torse. Cependant, il restait impassible. Un beau sourire se dessina sur son visage, dévoilant de charmantes petites rides au coin de ses yeux d'un bleu azur. Il leva un instant les yeux au ciel, se mordillant la lèvre inférieure, avant de reposer son attention sur elle, la trouvant plus belle que jamais. Là, il lui chuchota à l'oreille, de sa voix légèrement cassée mais enchanteresse.

    -J'aimerais marquer ce premier baiser d'une pierre blanche. Observe bien l'endroit, un premier baiser devant un bar où, par miracle, nous n'avons pas beaucoup but. Souviens toi de ce moment, en espérant qu'il y en aura beaucoup d'autres ainsi.

    William esquissa un nouveau sourire romantique, avant de fermer doucement les yeux lorsque ses lèvres vinrent à la rencontre de celles de la jeune demoiselle. Il lui donna un baiser, timide, bref, mais délicieux, puis décolla ses lèvres d'à peine un millimètre des siennes, avant de recommencer, mais cette fois ci, dans une embrassade plus approfondie, mêlant passion et une douceur extrême. Il surpris ses mains se glisser délicatement sur sons visage, ses doigts glissant dans sa chevelure d'or.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alice E. Sheppard
    sweetheart teacher; don't try anything with me



Nombre de messages : 119
Age : 24
"Citation" : rêve ta vie en couleur; c'est le secret du bonheur
Votre Avatar . : Ellen Pompeo
Date d'inscription : 02/01/2009

{Me; Myself & I.
Popularité:
5/100  (5/100)
"University; Who are you?_;: *Science' teacher
"Caractère; Points forts & faibles_;:

MessageSujet: Re: Quand les professeurs se rejoignent dans un bar le soir [PV]   Ven 16 Jan - 18:21

    Alice rigola légèrement aux dernière paroles de William lorsqu'ils sortirent tous les deux à l'extérieur du petit bar. C'était dommage, que notre cher petit ange n'avait plus aucunes photos de lui lors de son adolescence, tandis qu'Alice en avait des tonnes et qu'elle n"hésitait jamais à les montrer. La température extérieur était bien, pas froide du tout. Enfin, c'était assez rare qu'il faisait un froid de canard à Chapel Hill lors de la rentrée scolaire. Alice était maintenant très près de William, collé contre son torse à vrai dire. Une sensation étrange vient envahir son ventre, comme une légère d'ose d'adrénaline, ou de stress. L'un ne va pas sans l'autre habituellement. Elle risqua un léger sourire, heureuse de savoir qu'il l'embrasserait sûrement, surtout si cette affirmation était complètement réel. Ses phrases étaient si douce à entendre. De vraies belles paroles vous savez, que parfois on rêve d'entendre dans notre sommeil. C'était si doux, sa tête près de la sienne. Elle ferma doucement les yeux au son de sa voix, si enchanteresse qu'elle puisse l'être. Bercée par ces belles paroles et enfin, pour une fois qu'elle n'avait vraiment pas beaucoup bu, Alice pourrait se souvenir de tout, cette fois. Rouvrant les yeux légèrement, Alice leva la tête vers William. Il avait l'un de ces sourires, magnifiques à regarder, qui semblait si vrai et si.. romantique à vu d'oeil. Alice ne put s'empêcher de sourire à son tour. Fermant doucement les yeux, elle aussi, Alice approcha doucement ces lèvres de celle de William. Un baiser délicieux, qui était douux mais timide en même temps, l'approche du premier baiser entre deux personne se faisaient toujours de la même façon. Ses lèvres se séparèrent de celle de William de quelques petits centimètres seulement avant de recommencer, approfondissant le baiser d'une passion soudaine mais toujours aussi douce. Elle sentit les mains de William dans ses cheveux et ses doigts, assez fin il faut dire, sur sa peau. Alice, tant qu'à elle, passsa ses bras autour du cou de celui-ci, continuant le baiser avec un peu plus de fougue que tout à l'heure. Elle passa ses frêles mains dans les cheveux, légèrement en bataille, de William. Magnifique, elle ne pouvait tout simplement pas rêver mieux ce soir. Après quelques secondes encore d'intense bonheur, Alice se décolla légèrement, à contre coeur, pour le regarder. Les yeux d'Alice devait briller et elle souria de nouveau, heureuse pour une fois et sincère de l'être. Elle restait tout de même assez proche de lui, puisque ses bras étaient toujours enroulés autour de son cou. Elle espérait que ce ne serait pas la dernière fois, mais plutôt la première de toute. Elle tourna son regard vers la fenêtre du bar, ou quelques regards d'étudiants avide de savoir regardait la scène avec étonnement, ainsi que quelques professeurs. Alice retourna son attention vers William, jouant légèrement avec ses cheveux en même temps qu'elle lui parlait.

    tu crois que toute l'université sera au courant lundi matin ? ces jeunes sont tellement imprévisible...

    Alice planta son regard dans le sien pour une énième fois dans la soirée, son coeur battant encore la chamade. Battant la chamade, disons qu'il battait simplement plus vite qu'à la normale et que son simple regard la faisait fondre d'une traite en quelques secondes. Jouant toujours avec quelques mèches de ses cheveux, Alice détourna son regard un instant vers le ciel, nuit étoilé de Chapel Hill toujours aussi belle et la lune qui faisait son apparition dans ce niel noir et bleuté. Elle souriait toujours, heureuse d'être venu ce soir, heureuse que ce soit lui qui lui ai fait visiter l'université. Disons qu'elle était simplement sur un petit nuage rosie de bonheur. Retourna ses yeux verts vers lui, elle ajouta d'une voix assez basse que l'on pourrait qualifier de murmure.

    que faisons-nous maintenant ? on retourne au bar ou on part ailleurs ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
William Davis
Charming Man, Charming Teacher


Nombre de messages : 69
"Citation" : "Ce n'est pas parce qu'une erreur est partagée par le plus grand nombre qu"elle devient une vérité"
Votre Avatar . : Patrick Dempsey
Date d'inscription : 01/01/2009

{Me; Myself & I.
Popularité:
0/100  (0/100)
"University; Who are you?_;: *History' teacher
"Caractère; Points forts & faibles_;:

MessageSujet: Re: Quand les professeurs se rejoignent dans un bar le soir [PV]   Ven 16 Jan - 20:03

    Leur baiser dura un petit moment, trop court à son goût malheureusement. Leurs lèvres, leurs langues se touchaient frénétiquement. Une des mains de William avait glissé dans son dos pour l'attirer davantage contre lui. Nous ne pouvions entendre que leur souffle saccadé. Le baiser était si fougueux, passionné et intense qu'il s'obligeait à se contrôler difficilement pour que le désir ne monte pas trop en lui, et ainsi, pour ne pas arracher cette petite robe rouge qui la rendait si désirable et glamour. Une robe légère qui lui allait parfaitement bien, qui ne donnait pas l'impression qu'elle en faisait trop. Elle semblait naturelle à l'intérieure, dans son élément. Et comment garder en soit ses pulsions face aux lèvres exquises d'une femme magnifique et charmante dans sa robe légère? Voila pourquoi il se sentit obligé de se séparer de sa bouche.

    En entendant sa parole, il eut pour reflex de tourner la tête vers le bar, où quelques élèves et professeurs les observaient à travers les fenêtres, avant de détourner les yeux lorsqu'ils comprirent qu'ils n'avaient pas été très discrets. Le professeur Davis laissa échapper un rire amusé, avant de reposer son attention sur Alice. Ah qu'est-ce qu'il aimait ce prénom !

    -Ce serait un problème d'après toi?

    Où aller? Il n'en savait rien, du moins, seulement pendant quelques secondes. En effet, rapidement, une idée lui vint à l'esprit. Un petit parc se trouvait à quelques mètres du bar. Un parc public, fermé à cette heure-ci, en plein milieu, une fontaine magnifique. Pourquoi ne pas s'y infiltrer en douce? Ils auraient ce beau parc de Chapel Hill seulement pour eux. William lui prit la main et l'attira avec lui tandis qu'il s'y rendait :

    -Suis moi.

    Ils atteignirent l'entrée du parc en quelques minutes seulement. Celui-ci était entouré d'une barrière et de l'étendue d'un long petit muret de pierres blanches sur lequel se trouvait un grillage tout aussi bas. Il était ainsi d'une facilité enfantine d'entrer à l'intérieur sans passer par l'entrée. Donc, William enjamba le muret, et lorsqu'il fut debout sur celui-ci, il tendit la main d'Alice avec un sourire certain et confiant.

    -Viens, la nuit, ce parc est bien plus magnifique que toutes les fois où tu as pu le voir.



    [HJ: désolé c'est court, mais je voulais répondre rapidement xD Je me rattraperai au prochain, promis. Very Happy ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alice E. Sheppard
    sweetheart teacher; don't try anything with me



Nombre de messages : 119
Age : 24
"Citation" : rêve ta vie en couleur; c'est le secret du bonheur
Votre Avatar . : Ellen Pompeo
Date d'inscription : 02/01/2009

{Me; Myself & I.
Popularité:
5/100  (5/100)
"University; Who are you?_;: *Science' teacher
"Caractère; Points forts & faibles_;:

MessageSujet: Re: Quand les professeurs se rejoignent dans un bar le soir [PV]   Lun 19 Jan - 5:00

    Un problème, ce petit baiser si doux, si bon et si.. romantique ? Non, en fait, non. Et ce baiser aurait du durer encore plus longtemps et Alice savait qu'elle recommencerait bien assez vite de toute façon, du moins, elle l'espérait au plus profond de son coeur. Ce baiser si tendre et en même temps, si passioné. Notre jolie blonde aurait préféré que rien ne s'arrête, que ce petit moment de bonheur et de plaisir resterait ainsi durant de bonnes minutes. Sa robe rouge, assez légère en effet, bougeait au même rythme lent que le vent. Alice, naturelle comme à son habitude, tourna son regard vert vers lui de nouveau, l'observant du mieux qu'elle le pouvait. Souriant légèrement, Alice essayait de garder son calme et ses pulsions pour elle. Ses bras étant toujours autour de son cou malgré tout, elle continuait de jouer dans ses cheveux, refusant de le laisser partir.

    Alice retourna son regard à nouveau vers la fenêtre vitrée du bar, jetant un coup d'oeil à William à son tour. Qu'est-ce que ça pouvait faire ? Rien du tout en fait. C'était ça qui était bien maintenant, en ce moment aussi. La professeur Sheppard laissa aller un rire léger, cristallin et doux à l'oreille, comment lui résister ? Ses yeux brillaient de malice en cet instant et les regards indiscrets de la fenêtre se détournèrent et retournèrent à leur occupation.

    aucunement, crois moi.

    Ou aller ? C'était la grande question du moment. Alice n'avait pas trop d'idée jusqu'à présent, voilà pourquoi elle avait posé cette question, espérant que William est quand même une bonne idée à son raisonnement. Légèrement distraite par ses pensées, Alice se sentit légèrement tirée par William. Il devait surement avoir trouver un endroiit ou aller. La belle femme continua son chemin, observant les endroits, peut-être qu'elle reconnaitrait quelque chose. Ce serait son baptême à Chapel Hill, la première fois qu'elle irait dans ce parc. Quelques petites minutes après, ils atteignirent tous les deux un petit parc, qui semblait fermer d'évidence. Souriante, Alice regarda William faire. Enjamber le petit muret, Alice avait fait ça des milliers de fois lors de sa jeunesse.

    je ne l'ai vu que très rarement, j'suis contente d'escalader un muret pour l'observer de plus près.

    Malgré sa robe, Alice fut capable de se tirer d'affaire en acceptan la main que lui tendait William. Rendue de l'autre côté, il y avait quelques petits lampadaire qui éclairaient faiblement les petits sentiers de terre. Souriante comme à son habitude, Alice écarta une mèche de ses cheveux. Cet endroit semblait magnifique. Avancant un peu en avance sur William, Alice tournoya sur elle même, le vent et ses cheveux giflant gentiment son visage.

    cet endroiit est magnifique. tu y viens souvennt la nuit ? Razz


je feraiis mieux au prochain moi aussi XD promiis (l)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
William Davis
Charming Man, Charming Teacher


Nombre de messages : 69
"Citation" : "Ce n'est pas parce qu'une erreur est partagée par le plus grand nombre qu"elle devient une vérité"
Votre Avatar . : Patrick Dempsey
Date d'inscription : 01/01/2009

{Me; Myself & I.
Popularité:
0/100  (0/100)
"University; Who are you?_;: *History' teacher
"Caractère; Points forts & faibles_;:

MessageSujet: Re: Quand les professeurs se rejoignent dans un bar le soir [PV]   Ven 23 Jan - 20:53

    -Je ne l'ai vu que très rarement, j'suis contente d'escalader un muret pour l'observer de plus près.

    Un nouveau sourire se dessina sur ses lèvres. Lui tendant la main, elle la saisit et il l'aida à monter. Lorsqu'elle se trouva debout, légèrement collée contre lui, William lui chuchota à l'oreille, d'une voix sincère :

    -Tu ne vas pas le regretter, crois moi.

    Là, notre Franco-Irlandais enjamba le petit grillage qui servait de sécurité, puis aida Alice à passer à son tour, la portant l'espace de quelques secondes pour lui faciliter la tâche. Lorsqu'il la reposa sur le sol, il lui adressa un beau sourire en coin, avant d'effleurer de façon attendrie, son nez avec le sien. Lui attrapant délicatement la main, il l'attira au centre du parc. Une fontaine encore en marche, se trouvait au milieu d'une grande étendue d'herbes fraîches. Le bruit de l'eau donnait une atmosphère romantique à cet endroit. Deux petits lampadaires l'éclairaient en plus de l'illumination de la lune qui se reflétait dans l'eau. William vint s'asseoir sur le petit muret blanc qui entourait la fontaine, observant le reflet de cette lune bouger étant donné que l'eau qui coulait de la statue - un petit Cupidon qui était censé uriner -, formait de grandes ondes.

    -Quand j'étais tout petit, ma baby-sitter m'a oublié dans un parc en Irlande. Elle était persuadée m'avoir ramener à la maison et du coup, ne savait pas où j'étais passé. On m'a chercher pendant des heures, la nuit est arrivée et je me suis endormi au bord d'une fontaine. J'ai beaucoup aimé l'atmosphère qui s'en dégage. Depuis, j'aime passer un peu de temps dans les parcs le soir. C'est tranquille, on est seul à la belle étoile. Un petit endroit naturel en somme, c'est assez rare d'en trouver un vide, surtout en pleine ville.

    Un nouveau sourire se dessina sur ses lèvres, alors qu'il gardait sa main dans la sienne, la lui caressant du bout des doigts. Assis en tailleur, il se pencha légèrement vers elle pour venir à l'encontre de ses lèvres pour y déposer un tendre baiser. Yeux clos, il passa sa main libre dans ses longs cheveux châtains clairs, venant la coller contre sa nuque, délicatement. Lorsque le baiser prit fin, il resta quelques secondes à quelques millimètres de sa bouche, avant de lui donner un ultime baiser timide et bref. Ses joues avaient prit une légère couleur rougeâtre, ce qui ne se vit pas énormément vu que le soleil s'était couché.

    Enfin, il glissa ses bras puissants autour de son corps fin, afin de l'attirer contre lui, entre ses jambes légèrement écartées. Dos à elle, il l'enlaça doucement en déposant un baiser sur sa joue. Suite à cela, sa tête se cala contre la sienne, respirant le doux parfum qui émanait de ses cheveux. Souriant de nouveau, il finit par lui demander :

    -Parle moi un peu de toi.

    Dans sa voix résonnait la curiosité et l'impatience. Il voulait apprendre bien des choses sur elle.

    -Tu aimes cet endroit?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alice E. Sheppard
    sweetheart teacher; don't try anything with me



Nombre de messages : 119
Age : 24
"Citation" : rêve ta vie en couleur; c'est le secret du bonheur
Votre Avatar . : Ellen Pompeo
Date d'inscription : 02/01/2009

{Me; Myself & I.
Popularité:
5/100  (5/100)
"University; Who are you?_;: *Science' teacher
"Caractère; Points forts & faibles_;:

MessageSujet: Re: Quand les professeurs se rejoignent dans un bar le soir [PV]   Sam 24 Jan - 5:48

    la soirée se résumait parfaite en de simples petits mots. toujours d'humeur souriante, quelque peu émoustillée par contre par le déroulement de la soirée. Alice parcoura du regard le parc, tournoyant légèrement sur elle même pour observer cet endroit merveilleux, reflétant les divers encombrages que la nuit pouvait offrir. ces arbres grands et grossièrement placés entre les quelques lampadaires lumineux donnaient une vue absourdissante sur le reste du sentier. quelques bancs de bois, sûrement fait de chênes, ornaient les côtés du petit sentier en gravier. les souliers à talons d'Alice grinçaient légèrement sur ces roches minuscules. mine de rien, la belle blonde cendrée enleva ses chaussures d'un coup de pied léger avant, de, finalement, les remettre dans ses petits pieds. la façon dont les petits graviers étaient dispersés et surtout, les cassures de celle-ci s'enfoncaient beaucoup trop dans ses pieds pour marcher sans ses souliers rouge. elle observa William du coin de l'oeil, comme elle le faisait parfois lorsqu'elle essayait d'être subtil en dévisageant les gens. disons que sa technique n'était pas trop au point, vu la façon dont finalement, elle plongea son regard vert forêt dans les siens. Alice ne pouvait succomber et elle le savait parfaitement. cela faisait si longtemps qu'elle n'avait pas rencontré quelqu'un, un homme surtout en qui elle avait fait confiance. peut-être que tout cela allait la détruire, ou peut-être que tout cela avait un bon fond. elle aimait tant ce regard, si tendre et qui semblait parfois quelque peu perdu. le simple fait qu'il touche son nez contre le sien la fit frémir, ce léger contact de peau contre peau. Alice garda sa main dans la sienne, se laissant guider dans ce merveilleux parc qu'avait Chapel Hill. au loin, elle entendait facilement le son d'une fontaine, l'eau tombant doucement contre celle déjà dans le bassin. les légères lumières du parc donnait une allure romantique et presque sentimentale. sa main dans la sienne, Alice se rendit jusqu'à la fontaine en sa compagnie, n'ayant pas du tout répondu à sa constatation. biensûre qu'elle allait adoré ce lieu, romantique dans l'âme comme elle-même savait. elle s'assis donc doucement sur le petit muret blanc de la fontaine, écoutant l'histoire que lui racontait William sur son enfance.

    Quand j'étais tout petit, ma baby-sitter m'a oublié dans un parc en Irlande. Elle était persuadée m'avoir ramener à la maison et du coup, ne savait pas où j'étais passé. On m'a chercher pendant des heures, la nuit est arrivée et je me suis endormi au bord d'une fontaine. J'ai beaucoup aimé l'atmosphère qui s'en dégage. Depuis, j'aime passer un peu de temps dans les parcs le soir. C'est tranquille, on est seul à la belle étoile. Un petit endroit naturel en somme, c'est assez rare d'en trouver un vide, surtout en pleine ville.

    histoire assez rigolote en tant que telle. Alice souria légèrement à William, un sourire doux et chaviré d'émotion toutes différentes, ses yeux ne mentaient guère non plus. Alice appréciait bien William, et peut-être même plus que bien.

    tu n'as pas été trop traumatisé par cet oubli de la part de ta baby-sitter malgré tout. tu aimes autant les parcs qu'avant sinon plus. je comprends, c'est tellement beau ici. sans aucun bruit, comme si la ville au complet était endormie, voir morte. on peut voir le reflet de la lune dans le bassin et le coulement produiit par notre petit Cupidon de la fontaine donne un son de fond, comme dans les films. c'est une belle ambiance dépendant de la situation, non ?

    Alice lui souria légèrement avant de se laisser aller vers lui. elle avait sentie sa main caressé la sienne légèrement durant tout ce temps. un toucher presque insensible, mais frissonant au simple léger toucher sur sa peau. il se pencha légèrement vers elle, venant à l'encontre de ss lèvres pour une nouvelle fois dans la soirée, renouvelant cette expérience. toujours aussi tendre, sa langue caressait la sienne avec tendresse. elle avait les yeux clos et passa doucement ses mains sur les joues de William, tendrement. elle sentit ses mains à lui caresser doucement ses cheveux et se caller contre son cou. le baiser terminé, Alice conserva ses yeux clos, se trouvant à quelques millimètres encore de son visage, de sa bouche si près de la sienne. il lui redonna un léger baiser, rapide, quelque peu timide même. un sourire se forma sur les lèvres d'Alice lorsqu'elle ouvrit les yeux pour l'observer, essayant de trouver une quelconc forme de gêne ou de sentiments. les yeux verts d'Alice brillaient, tout simplement, pleinement heureuse de la tournure de la soirée. Alice sentit ses bras à lui se refermer autour d'elle et se sentit rapprocher de lui. le contact qu'elle avait contre lui, elle ne put que se blottir, se callant légèrement pour être toujours un peu plus près. Alice prit sa main dans la sienne et forma des petits ronds avec ses doigts sur le dessus de sa paume. il voulait qu'elle parle d'elle, pourquoi pas finalement ? sa vie n'avait pas été qu'un amas de mensonge et de foutaises, du moins. c'est ce qu'elle voulait croire.

    on commence par le commencement alors ? (a) je viens de New-York, comme je te l'ai dit au bar. Ma mère est riche aux as et a marié un paumé. Aujourd'hui ils sont tous deux séparés mais je m'en porte très bien. je n'ai pas succomber à grand chose, à part peut-être l'alcool. j'étais sensé faire médecine au début mais je détestais les cours, c'est pourquoi je suis professeure de science. pour y aller dans le moins conventionel, je dois t'avouer que je détesttte les films d'horreur mais que j'apprécie les films de suspense en bonne compagnie. je déteste tout ce qui est gore, tu vois le genre ? comme Saw, avec ce tueur fou. je rafole de la crème glacée au chocolat, c'est mon péché lorsque tout va mal. je suis assez sportive, je fais du jogging avant de venir au boulot. huhh. je parles peut-être trop parfois, surtout lorsque je suis stressée. tu dois pas te gêner de me dire d'arrêter aussi (a) sinon, je dors encore avec des peluches, ce sont les seules choses qui me réconfortent la nuit, tu dois me comprendre là-dessus.

    Alice rigola légèrement, posant sa tête contre la sienne. elle continua de parler comme cela, de dire ce qu'elle était, ce qu'elle aimait au fond, sans rien cacher.

    je dépense rarement de l'argent. j'ai appris à vivre sans l'argent de ma mère, je suis une personne assez sensée. tu dois me trouver gaga de dormiir avec des peluches mais bon, tu es le seul à le savoir. je te prierais de ne pas le mentionner à personne de ton entourage x). j'aime la nourriture française et italienne. j'aime bien danser, je suis assez douée là-dedans. je chante sous la douche, mais comme une casserole. je crois que certains étudiants ne m'aiment pas vraiment à l'université non plus. j'adoore les parcs et tout ce qui se rapporte à la verdure. je n'suis pas écolo' mais je fais quelque petits trucs pour l'environnement. j'ai un chat aussi chez moi, une femelle. blanche aux yeux bleus, elle s'appelle Saphire. je préfère dormir en sous-vêtement la nuit car il fait trop chaud sinon. totalement inutile à formuler de toute façon. je crois que ça résume pas mal tout, si tu veux savoir autre chose, tu n'as qu'a demandé.

    Alice se tourna légèrement vers lui pour déposer un léger baiser sur ses lèvres et se retourna confortablement comme elle était, dos à lui, tenant toujours sa main dans la sienne. pour répondre à sa deuxième question, elle hocha doucement la tête en murmurant.

    j'adore cet endroit, il est merveilleux. à la fois rien et tout. je sais pas trop comment m'expliiquer. et toi, parle moi un peu de toi aussi, de tes goûts et tout le tralala, comme je t'ai diit tout à l'heure I love you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Quand les professeurs se rejoignent dans un bar le soir [PV]   Aujourd'hui à 22:47

Revenir en haut Aller en bas
 
Quand les professeurs se rejoignent dans un bar le soir [PV]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Comment ajouter un "bruit" quand une nouvelle phrase apparaît dans la "ChatBox"?
» Comment changer le titre du forum sur l'onglet du navigateur internet et quand on marque le site dans ses favoris
» Apparitions intempestives
» Quand on parle de sox dans poiloader s'agit-il de sox.exe ou sox tout seul 1672 ko
» [Groupes] Le design est différent quand vous êtes dans un groupe

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Flavor of the week;; le forum de référence de PRD. :: « Other places » :: « Chapel Hill » :: -The Slowlight.-
Sauter vers: